×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger: Amendis veut sécuriser l’alimentation électrique

    Par L'Economiste | Edition N°:1913 Le 09/12/2004 | Partager

    . La mise en place d’un nouveau poste-source s’impose… . … Tout autant que la refonte de la structure du réseauAprès l’eau, Tanger aura-t-elle à souffrir de pénuries en électricité? A court terme, rien ne laisse présager un tel scénario, mais devant l’accroissement de la population de la ville et le succès des zones industrielles, il risque d’en être tout autrement. La ville et son tissu industriel sont alimentés par trois postes-sources d’une capacité totale de 208 MVA alors que la consommation actuelle atteint les 138 MVA, soit les deux tiers de la capacité totale. En 2027, selon les estimations d’Amendis, la consommation aura atteint le triple de celle actuelle, pour atteindre 393 MVA. Les pics de consommation, en été comme en hiver, sont de plus en plus grands et il faut disposer d’une marge de manœuvre. D’où la nécessité d’un nouveau poste de transformation, selon Olivier Brun, directeur de l’exploitation d’Amendis pour Tanger.“Le nouveau poste devra alimenter le centre-ville et renforcer l’actuel poste de transformation d’Aouama”, note Brun. Tanger est une ville qui croît rapidement et cela pose un problème dans l’équilibrage des postes. Actuellement, celui d’Aouama est le plus “mal loti”, selon Amendis. Ce poste, mis en place en 1968, a été réaménagé récemment après avoir connu un incendie ravageur qui a plongé la moitié de la ville dans le noir en 2003. . Soulager la distribution actuelle Aouama, d’une capacité totale de 60 MVA, alimente le centre-ville et la zone industrielle de Moghogha. Il est sollicité à près de 80%. Il fournit la ville sur la plus grande longueur, puisque la ligne qu’il alimente s’étend sur près de 10 kilomètres. Et c’est là l’un des problèmes, car l’éloignement d’un poste-source de ses clients n’est pas de nature à arranger les choses, même si sa puissance est augmentée. La mise en place d’un nouveau poste-source est bel et bien explicitée dans le schéma directeur qu’Amendis a mis en place pour l’alimentation en électricité de la ville. Ce schéma préconise de l’installer le plus près du centre-ville, dans un endroit qui reste à préciser. D’autre part, le schéma directeur de la distribution électrique préconise la mise en place d’une nouvelle structure de distribution dite en fuseau. Elle permettra de mieux soulager la distribution actuelle et favorisera une meilleure redondance. En cas de “pépin” sur un poste, il sera possible de dériver l’alimentation des cellules voisines. Déjà en décembre 2003, lors de l’incendie du poste d’Aouama, il avait été fait état de la nécessité de rajouter un deuxième poste pour sécuriser le centre-ville. L’incendie en avait paralysé une bonne partie et réduit au chômage forcé les unités de la zone industrielle.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc