×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’élimination du cadmium au menu du Conseil de l’environnement

    Par L'Economiste | Edition N°:1921 Le 21/12/2004 | Partager

    Une proposition de directive visant à éliminer le cadmium, toxique et cancérogène, des piles et accumulateurs rechargeables et à organiser une collecte spécifique figure en tête du menu du Conseil européen de l’environnement lundi à Bruxelles, selon le ministère français de l’Ecologie.Le cadmium est une substance reconnue toxique et cancérogène, qui s’accumule dans le corps humain tout au long de la vie, avec des impacts sur les reins, les os et le foie. Les accumulateurs constituent son utilisation la plus importante après l’agriculture. Le problème se pose lorsque ces accumulateurs sont récupérés dans les ordures ménagères: ils risquent d’être incinérés ou mis en décharge avec le “tout venant” des déchets, entraînant des rejets toxiques dans l’air, le sol et l’eau. Dès 1988, une résolution du Conseil européen préconisait une “limitation de l’utilisation du cadmium aux cas où des alternatives n’existent pas”.La proposition de directive soumise hier 20 décembre aux ministres prévoit la mise en place d’une collecte, financée par les industriels comme c’est le cas pour les piles classiques aujourd’hui, et l’élimination progressive du cadmium dans les piles et accumulateurs rechargeables. Toutefois, l’interdiction ne touchera pas dans un premier temps les outils de bricolage, qui représentent pourtant 70% des accus, du fait du blocage de quatre pays dont la France et le Royaume-Uni, selon Pénélope Vincent-Swett, membre de France Nature Environnement et du Bureau européen de l’environnement. Ces pays ont bloqué le 26 novembre dernier une proposition plus ferme, incluant les outils de bricolage, sous la pression de leurs industriels, précise-t-elle.Le ministère français de l’Ecologie plaide que le cadmium sera interdit pour les usages les plus courants (téléphones, ordinateurs, jouets téléguidés, rasoirs sans fil...) et qu’il représente une “véritable valeur ajoutée pour les outils de bricolage sans fil”.Pour sa part, FNE souligne que des technologies alternatives existent. “Allons-nous commettre la même erreur que pour l’amiante?” interroge Vincent-Swett, appelant les ministres à revenir au compromis initial incluant les outils de bricolage.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc