×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Immigration: Malte envisage de ne plus secourir les boat people

    Par L'Economiste | Edition N°:2077 Le 02/08/2005 | Partager

    . L’archipel a accueilli au cours du week-end plus de 250 clandestinsDébordé par les débarquements d’immigrants illégaux, le gouvernement maltais devait se réunir lundi 1er août pour décider de l’arrêt éventuel des opérations de sauvetage dans les eaux internationales placées sous sa responsabilité. Au cours des deux derniers jours, plus de 250 immigrants, la plupart originaires d’Erythrée et de Somalie, sont arrivés à Malte. Un seul bateau comptait 206 personnes dont 22 femmes et 10 enfants. Ce débarquement représente la plus importante arrivée d’immigrés clandestins depuis 1991.Quelque 3.000 immigrés clandestins y sont arrivés à Malte depuis 2002, dont plus de 700 depuis le début de l’année, des chiffres très importants pour ce petit pays avec une population d’environ 400.000 habitants.L’archipel maltais, deux îles de 320 km2 peuplées de plus de 400.000 habitants, se dit incapable de faire face plus longtemps à cet afflux de boat people. Les centres d’accueil et de rétention sont devenus trop petits et les autorités envisagent d’installer désormais les nouveaux arrivants dans d’anciennes usines désaffectées.Les forces navales maltaises ont la responsabilité de la surveillance et du sauvetage dans une zone s’étendant du sud de l’Italie jusqu’à la Crète. Malte envisage de décider unilatéralement de réduire cette zone pour ménager sa petite marine composée de quelques vedettes et réduire le nombre des débarquements, a-t-on précisé de source officielle.Le ministre des Affaires étrangères, Michael Frendo, a appelé le 31 juillet la Libye et les pays voisins à l’aide et souhaité une meilleure coopération avec Tripoli sur la question des immigrants.“Nous savons que la Libye a un énorme problème d’immigration illégale mais nous ne pouvons accepter que Malte soit le réceptacle final de ce problème. Nous envisageons toutes les options”, a déclaré de son côté le ministre de l’Intérieur Tonio Borg.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc