×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès abrite un colloque sur la migration

Par L'Economiste | Edition N°:1797 Le 24/06/2004 | Partager

. La manifestation se déroulera du 1er au 3 juillet, avec la participation d’une dizaine de paysC’EST la capitale spirituelle qui abritera le premier colloque international sur la «migration et diversité culturelle», les 1-2 et 3 juillet. Il y aura la participation d’une dizaine de pays. Organisée par l’association Fès-Saïss en collaboration avec Metro Med (fondation italienne) et l’organisation internationale de la migration (OIM), cette manifestation a pour objectif d’élaborer une stratégie culturelle à même de remédier aux lacunes des systèmes d’éducation et de formation en vigueur. C’est ce qu’indique Moha Ennaji, directeur du colloque. Seront au rendez-vous 34 intervenants et experts venant de l’Italie, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, du Canada, des Etats-Unis, l’Angleterre, du Portugal, de France et du Maroc. Ce sera l’occasion de discuter les particularismes et les irrédentismes identitaires et religieux qui sont encore source de plusieurs conflits dans le monde. « Il paraît donc utile voire impératif d’appeler à un dialogue soutenu et fort entre les cultures et les religions, d’où le souci d’opérer la jonction entre le religieux et le culturel dans cette approche», note Ennaji. Selon lui, les pays méditerranéens doivent revoir leurs attitudes pour résoudre le problème de la migration clandestine et intégrer les migrants grâce à une culture de tolérance et de solidarité. En d’autres termes, il faut fructifier le dialogue entre le Sud et le Nord. En effet, les conflits et la violence que connaît le monde entier confortent la nécessité de ce dialogue. C’est justement, parce que le climat est tendu que l’excès de langage est devenu la règle et qu’il y a eu cette confusion entre concepts et notions à connotation religieuse. Pour les organisateurs, si l’acceptation de l’idée du dialogue peut paraître théoriquement facile à faire admettre pour les élites et les décideurs, elle reste, en revanche, difficile à faire partager par les grandes masses. Un travail en profondeur sur le plan pédagogique devrait être réalisé par les Etats, les ONG, les médias et tous ceux qui aspirent à vivre ensemble avec leurs différences culturelles et identitaires, expliquent les organisateurs. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc