×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida ressuscite ses vieux manuscrits

Par L'Economiste | Edition N°:1797 Le 24/06/2004 | Partager

. Des documents datant de plusieurs siècles dévoilés du 13 juillet au 15 août. Cette exposition première du genre est initiée par l’Association DoukkalaVieux manuscrits, ouvrages historiques, correspondances royales datant de plusieurs siècles… Une exposition originale se prépare pour cet été. L’initiateur n’est autre que l’association Doukkala. L’exposition en question permettra pour la première fois aux originaires du vieux Mazagan, d’Azemmour et de leur arrière-pays de redécouvrir une bonne partie de leur histoire. Durant un mois (du 13 juillet au 15 août à la cité portugaise) la ville dévoilera ses vieux documents. Un travail de longue haleine pour l’équipe de l’Association Doukkala qui a réussi à rassembler dans les 480 authentiques documents dont certains sont vieux de 5 siècles. L’équipe en question se compose de personnes versées dans l’histoire, des membres du conseil des Oulémas, le délégué de la Culture, des Habous ou encore des universitaires. Les documents ont été trouvés pour la plupart dans des Zaouias, écoles coraniques, des marabouts ou encore miraculeusement conservés par des particuliers. «Les détenteurs de ces documents de valeur sont généralement des descendants des Alem ou des petits-fils des Adouls», fait savoir Abdelkrim Bencherki, président de l’Association Doukkala. Nombreux d’entre eux rechignant à prêter leurs documents se sont finalement décidés à le faire en apprenant que l’exposition se fera avec des présentoirs sécurisés. Ces présentoirs seront prêtés spécialement pour cet événement par le ministère des Habous. Pour mener à bien cette exposition, différentes Zaouias de la région ont été visitées, comme la Zaouia d’Azemmour, Moulay Bouchaîb, Choufania, Saîssia, ou la Naciria à Zemmamra. Certains manuscrits étaient livrés à l’abandon. Couverts de poussières, ils n’ont pas été consultés depuis bien des décennies. «Malheureusement, nombreux étaient indéchiffrables», regrette le président de l’association. Le livre «Mokhtassar» de Khalil Ibnou Isaac actuellement dans la Zaouia Saîssia, était étudié par des femmes savantes de Moulay Abdellah Amghar (9 siècle de l’hégire) qui s’étaient organisées pour s’adonner au savoir et aux connaissances théologiques. A travers la visite des Zaouias, des outils anciens et des œuvres d’art ont été découverts à la grande satisfaction des investigateurs. Parmi les outils précieux, un grand plateau «Sinia» en argent du XIXe siècle avec la griffe de Richard Right, maison connue à Manchester, et qui était utilisé pendant le cérémonial du thé. Il est fabriqué avec un jeu de miroir et un mécanisme qui donne des sons de piano. Le système des miroirs permettait au serveur de voir les invités sans lever la tête, alors que les notes musicales donnaient le signal pour la distribution des verres. Des dagues, des poignards, des verres de cristal, des récipients et différents objets anciens ont été également trouvés. Par ailleurs, et grâce au ministère des Habous, l’Association Doukkala a également en sa possession dans les 3.000 photocopies de vieux manuscrits et dahirs parlant de la région et dont les originaux se trouvent actuellement dans la bibliothèque royale. Ces dahirs des rois alaouites racontent sur plus de 160 ans les périodes allant de Moulay Abderrahmane Ibn Hicham jusqu’au Sultan Mohammed Ibn Youssef (de 1796 à 1961). Après décompte par un historien de Rabat, ces documents ont livré leurs secrets. Ils se composent essentiellement des correspondances entre la région des Doukkala avec les rois alaouites d’autrefois. Les courriers adressés aux caïds et aux représentations du Makhzen de cette période avaient caractère économique, social ou politique. D’autres manuscrits sont témoins d’événements historiques d’El Jadida. Sont recensées également des fiches comptables concernant le port de la ville. «Ce travail extraordinaire annonce la création prochaine d’un musée et d’une grande bibliothèque à El Jadida», informe Abdelkrim Bencherki. Durant tout le mois de l’exposition, un programme de conférences est prévu tous les jeudis. Ces exposés auront pour thème: «Les Doukkala à travers les manuscrits». Un des exposés tournera autour des femmes savantes qui ont marqué l’histoire de la région. De notre correspondant,Mohamed RAMADANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc