×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Campagne agricole 2004-2005
4,8 millions d’hectares semés

Par L'Economiste | Edition N°:1938 Le 14/01/2005 | Partager

. L’état végétatif des cultures est jugé bon. Augmentation des ventes globales des semences céréalièresL’opération des semis va bon train. Au 7 janvier, 4,8 milliards d’hectares (ha) étaient semés en céréales d’automne. Soit le même niveau que celui de la campagne précédente et de la moyenne des cinq dernières. «L’état végétatif de ces cultures est généralement bon», indique un communiqué du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes. Signalons que le travail des terres céréalières s’est poursuivi jusqu’à fin décembre et que la superficie des terres travaillées atteignait 5 millions ha. Pour ce qui est des légumineuses alimentaires, les superficies semées s’élèvent au 7 janvier à 270.000 ha (dont 9% en irrigué). Par rapport à la campagne précédente, il s’agit là d’une hausse de 13%. Cette superficie est répartie entre 170.000 ha de fèves, 55.000 de petits pois et 45.000 de lentilles. Ces cultures présente également un état végétatif jugé bon par les experts du ministère de l’Agriculture. Côté cultures fourragères, 292.000 ha ont été semés, soit une amélioration de 8% par rapport à la campagne précédente à la même date.Par ailleurs, et s’agissant de la commercialisation des intrants, les ventes globales de semences céréalières ont atteint 644.000 quintaux, contre 552.000 la campagne 2003-2004 et 612.000 en moyenne durant les cinq dernières campagnes à la même date. Selon le ministère de l’Agriculture, «cette progression des ventes est due à l’impact favorable du soutien des prix des semences, soit 80 à 100 DH le quintal». Les ventes sont réparties entre 461.000 quintaux de blé tendre, 162.000 de blé dur et 21.000 d’orge. Au rayon des cultures sucrières, la superficie semée en betterave a atteint 70.160 ha, contre 58.000 la campagne précédente. Par région, les programmes sont réalisés en totalité, voire dépassés au Loukkos (104%), et à la Moulouya, et au Tadla (102%). Le taux est de 99% au Gharb et 98% aux Doukkala. A signaler que «les opérations d’entretien se déroulent globalement dans de bonnes conditions au niveau de l’ensemble des périmètres», est-il souligné auprès du ministère de l’Agriculture. La superficie mise en place pour la canne à sucre s’élève quant à elle à près de 18.000 ha, y compris les nouvelles plantations d’automne 2004 qui ont totalisé 3.853 ha. Selon les prévisions du ministère de l’Agriculture, la production atteindra 950.000 tonnes au Gharb et 280.000 au Loukos. Le tout pour une superficie récoltable de 14.100 ha, soit un rendement attendu de 67,4 t/ha. Ayant démarré au Gharb, le 22 décembre dernier, la campagne d’usinage ne serait entamée au niveau du Loukkos qu’à partir du 28 janvier. Le tonnage livré au 7 janvier aux sucreries du Gharb s’élève à 28.000 tonnes. Les experts du ministère de l’Agriculture notent enfin que les gelées matinales n’ont pas eu, du moins jusqu’à présent, un mauvais impact sur la culture.Les ventes des engrais de fond ont totalisé, elles, 289.000 tonnes, soit autant que la moyenne des cinq dernières campagnes. Les spécialistes du ministère notent également une intensification de l’approvisionnement du marché des engrais de couverture avec des ventes évaluées à 123.000 tonnes.


Taux de remplissage des barrages

Les réserves en eau des barrages à usage agricole ont atteint 7,1 milliards de m3, soit un taux de remplissage d’environ 54% contre 64 à la même période de la campagne précédente (8,4 milliards m3). Le taux de remplissage dépasse 57% pour les périmètres irrigués du Haouz (81%), du Gharb (67%), du Loukkos (62%), de la Moulouya (59%) et du Tadla (57%). Ce taux est inférieur à 38% pour les périmètres de Ouarzazate (38%), du Souss-Massa (26%), des Doukkala (33%) et du Tafilalt (20%). Le cumul pluviométrique moyen a atteint, au 7 janvier, 128 mm contre 169 en année normale. Le ministère de l’Agriculture note par ailleurs que le régime climatique, (alternance de périodes pluvieuses et ensoleillées), a été favorable pour l’installation des cultures d’automne dans des conditions techniques optimales. Naoufal BELGHAZI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc