×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Des idées pour le développement durable

Par L'Economiste | Edition N°:1773 Le 21/05/2004 | Partager

. La ville abrite les deuxièmes consultations relatives à l’Agenda 21 au niveau localC’est jeudi qu’ont démarré les deuxièmes consultations relatives au programme Agenda 21 local initié par le PNUD et le ministère en charge de l’Aménagement du territoire. Le chef de ce département, Mohamed El Yazghi, préside ce séminaire. Près d’un an après le premier, l’objectif de cette rencontre, qui s’est poursuivie ce vendredi, est de présenter le nouveau pacte urbain d’Agadir et de valider les propositions des groupes de travail. Pour rappel, les trois grands thèmes retenus sont “l’intégration urbaine et sociale des quartiers d’habitat sous-équipé”, “tourisme développement durable” et “l’amélioration de la qualité des services urbains et du cadre de vie”. Ce n’est pas un hasard si les participants à ce programme ont focalisé sur ces axes à Agadir. La capitale du Souss, malgré la réalisation de bonnes performances économiques, souffre de plusieurs contraintes à ces niveaux. Outre le déséquilibre qui menace ses ressources naturelles, la cité est marquée par de nombreux dysfonctionnements sur le plan de la gestion urbaine et l’accès au logement, notamment pour les couches démunies de la population. C’est ainsi qu’aujourd’hui, en raison de ces problèmes, la ville compte 13.000 baraques et de nombreux quartiers sous équipés. Pour endiguer ce problème, les groupes de travail du programme de l’Agenda 21 local ont préconisé sur ce plan l’allégement des procédures administratives et juridiques ainsi que les charges fiscales, sans oublier les facilités de paiement à prévoir pour l’acquisition d’un logement. Pour les participants aux ateliers, l’intégration des quartiers sous-équipés et la limitation de leur extension passent également par une politique foncière efficiente. Mais l’intégration socioculturelle des habitants défavorisés ne pourra se faire sans l’amélioration de la qualité des services urbains et du cadre de vie dans la ville. Sur ce volet les intervenants ont retenu plusieurs objectifs spécifiques. Parmi eux le renforcement des services de bases telles la santé, l’éducation et la sécurité ainsi que l’aménagement d’équipements socioculturels et d’espaces verts. Le développement durable de la ville ne pourra être de même assuré sans un secteur du tourisme fort. Pour cela il est nécessaire, préconisent les participants, que l’ensemble des acteurs de la ville soient impliqués dans une démarche intégrée et concertée. Reste maintenant à concrétiser sur le terrain les recommandations retenues.


Agenda 21

L’approche Agenda 21 local est issue d’un document adopté lors du Sommet de la terre de Rio en 1992, une conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement. Lors de cette manifestation, les participants ont estimé qu’il ne peut y avoir de politique de développement urbain viable sans protection de l’environnement. Les principes du développement durable définis par la Conférence de Rio soulignent également que de nombreux dysfonctionnements trouvent leur origine et leur solution au niveau local.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc