×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tanger s’anime avec le jazz

Par L'Economiste | Edition N°:1773 Le 21/05/2004 | Partager

. Le fort vent d’est a failli perturber les représentations en plein airPendant cinq jours, Tanger se découvre un cœur jazz avec la cinquième édition de son festival, Tanjazz. Ce dernier en trombe mardi dernier avec deux concerts gratuits, Place Cano, à côté de la plage, se poursuivra jusqu’à dimanche. Cette année, le démarrage s’est fait en douceur avec le groupe Gnawa Express, dont la musique préfigure celle des grands jazzmen contemporains. Ensuite, c’est Samiha Ben Saïd, Stephan Athanas et l’ensemble ContempArabic Jazz. Leur musique qui allie saxo et kanoun est un mélange savant entre jazz et chant arabe classique. Le festival compte aussi avec la présence d’autres grandes dames de la musique, telles Corinne Letellier, Isabelle Marchand et Stacey Kent. En plus, des groupes de jazz comme Groove & Co, The Old Cats ou the Papa Stompers animeront les soirées gratuites Place Cano ou à la Mendoubia. Le festival qui a acquis ses lettres de noblesse doit sa naissance à l’entêtement d’un fanatique du jazz et amoureux de Tanger, Philippe Lorin. Ce publiciste de profession a préféré couler doucement sa retraite à Tanger, sauf pendant les cinq jours que dure le festival où on le voit s’activer à fond. Depuis sa première édition, Tanjazz a beaucoup évolué, gagnant la confiance de nombreux sponsors, dont DHL, Maroc Telecom, Sialim, groupe Alami, Crédit du Maroc, Amendis, l’ONA… et la liste est longue. Même de grands médias de la taille de TV5, Jazz Valley et RFI s’y sont intéressés. Cette année, l’événement a coïncidé avec une forte bouffée de vent d’est, le chergui comme l’appellent les Tangérois. S’il ne dérange que modérément les spectateurs de la Mendoubia, où se tiennent les concerts payants, il a par contre perturbé les premiers spectacles du festival à Place Cano, juste en face de la plage municipale. Mais déjà, pour la journée du jeudi, les vents semblent se calmer au grand plaisir des amateurs du jazz, de plus en plus nombreux à Tanger. De notre correspondant,Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc