×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Un 2e vaccin commercialisé en France

Par L'Economiste | Edition N°:5923 Le 12/01/2021 | Partager
rciphar-023.jpg

Le vaccin contre le Covid-19 développé par Moderna «peut être utilisé chez les personnes de 18 ans et plus, y compris les plus âgées du fait de son efficacité et de son profil de tolérance globalement satisfaisant», estime vendredi la Haute autorité de santé (HAS) française. Ce vaccin, qui a reçu mercredi l’autorisation de commercialisation de l’Union européenne, devient ainsi le deuxième à pouvoir être utilisé en France après celui de BioNTech/Pfizer, qui avait eu le feu vert de la HAS le 24 décembre. L’essai clinique réalisé par le laboratoire américain concluait à une efficacité de 94% pour empêcher les formes symptomatiques de la maladie Covid-19, a rappelé l’autorité sanitaire. La «stratégie vaccinale» déjà annoncée (commencer par les populations les plus à risque de forme grave et les plus exposées au risque d’infection) reste valable pour ce vaccin, ajoute l’avis de la HAS. Le vaccin du laboratoire américain peut-être utilisé «y compris» chez les personnes «les plus âgées», considère-t-elle, car si les données chez les plus de 75 ans sont «limitées à ce stade», celles rapportées chez les plus de 65 ans montrent une efficacité de 86,4%. Comme le vaccin BioNTech/Pfizer, celui de Moderna repose sur l’administration de deux doses. Pour ce dernier, un «délai de 28 jours entre les deux doses vaccinales doit être respecté», rappelle la HAS, soulignant qu’il s’agit d’un «seuil minimum». Les premières livraisons du vaccin Moderna «devraient se faire dans les jours qui viennent», au plus tard «deuxième quinzaine de janvier», a assuré vendredi matin sur la chaîne BFMTV le Pr Alain Fischer, le «Monsieur vaccins» nommé par le gouvernement.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc