×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les banques augmentent leurs recrutements de moitié

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5915 Le 29/12/2020 | Partager
Misant sur leur force de frappe digitale, elles cherchent d’abord des profils IT
La fonction informatique/ électronique concentre 57% des offres
Les tendances du baromètre Top Rekruteurs de Rekrute.com

La transformation digitale est sur toutes les lèvres. Bien plus qu’un effet de mode, il s’agit aujourd’hui d’une nécessité, élevée au rang d’urgence par la crise pandémique. Pour s’en sortir en plein gel mondial des activités en 2020, les entreprises ont dû accélérer leur digitalisation. Et ça continue. Cela s’est reflété sur les recrutements.

systeme-bancaire-015.jpg

De janvier à novembre 2020, les banques ont ouvert 1.665 postes sur Rekrute.com. Elles sont d’abord à la recherche de profils détenant un master. Plus des deux tiers des positions ouvertes concernent des bac+5. Les banques visent, également, en priorité des compétences expérimentées justifiant d’un parcours entre 5 et 10 ans (le tiers des créations)

L’informatique/électronique est la deuxième fonction la plus recherchée par les recruteurs sur les derniers mois, selon le baromètre Top Rekruteurs de Rekrute.com, derrière les métiers du call center qui accaparent généralement les deux tiers des demandes des entreprises. Auprès des banques, l’informatique/électronique a été la première spécialité la plus scrutée en novembre 2020.

Sur les 199 positions ouvertes par les banques le mois dernier, la fonction a concentré 112, soit 57%. Comparativement à novembre 2019, le système bancaire, qui fait partie des plus sollicités et des plus actifs depuis le déclenchement de la crise pandémique fin février dernier, a augmenté son offre de recrutement de près de 50%.

«Le secteur bancaire reste pourvoyeur d’emplois, malgré la conjoncture marquée par la Covid-19. Ce dernier mise, en effet, sur sa force de frappe digitale en recrutant des profils IT en priorité», relève le baromètre. Les télécoms/réseaux arrivent loin derrière avec 18% des offres des banques, suivis de la gestion de projets/ études/ R&D (8%), des métiers de la banque (7%) et de la gestion/comptabilité/finance (5%). Parmi les fonctions les plus recherchées dans le secteur également, celles d’administrateur de base de données, chargé d’études & développement senior et chargé de clientèle à distance.

De janvier à novembre 2020, les banques ont ouvert 1.665 positions sur le jobboard. Elles restent très exigeantes sur les qualifications de leurs futures recrues. Depuis le 1er janvier 2020, les bac+5 ont été les diplômes les plus recherchés (voir illustration). Ils ont représenté plus des deux tiers des offres d’emploi.

metiers-du-call-center-015.jpg

En tête du top 5 des fonctions les plus recherchées par les recruteurs l’on trouve les métiers du call center, suivis de l’informatique/électronique. Cette configuration est la même depuis des mois. Les centres d’appels continuent de se positionner parmi les plus gros employeurs

Contrairement à d’autres secteurs, le système bancaire lorgne d’abord du côté des profils expérimentés, justifiant d’un parcours entre 5 et 10 ans. Cette catégorie concentre le tiers des positions lancées, suivie de celle des compétences intermédiaires cumulant 3 à 5 ans d’activité professionnelle, avec un quart des créations. Rares sont les annonces ciblant des débutants (8%).

Au total, 4.769 postes ont été ouverts sur la plateforme Rekrute.com le mois dernier. Cela représente une baisse de 19,2% par rapport à la même période 2019. Les créations d’emploi ayant, naturellement, pâti de la crise pandémique. Par rapport à octobre dernier, aussi, l’offre d’emploi est en recul de plus de 21%.

«Toutefois, il s’agit d’un mois isolé, et on ne peut en déduire une tendance à la baisse du marché», précise le jobboard qui reste optimiste sur la reprise de la dynamique économique pour les prochains mois.

Ahlam NAZIH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc