×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Echanges extérieurs: Reprise des flux depuis août dernier

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5897 Le 03/12/2020 | Partager
Bond de 27% de l’export sur la période août-septembre-octobre
Plus de 7 mois d’importations couvertes par les réserves exté­rieures
La dynamique devrait se pour­suivre avec l’effet vaccin

De bons signes de reprise du commerce extérieur se confir­ment de mois en mois. L’arrivée imminente des vaccins renforce également la perspective de conso­lidation. Analysés sur le dernier tri­mestre par rapport à la même période précédente, les échanges des biens restent orientés à la hausse aussi bien à l’import qu’à l’export. Preuve que la machine de production commence à prendre du régime. Chez nous comme chez nos partenaires tradi­tionnels.

echanges-exterieurs-097.jpg

De mois en mois, de bons signes de reprise du commerce extérieur se confirment. L'arrivée prochaine du vaccin renforce aussi la perspective de consolidation (Ph. DR)

Durant la période août-septembre-octobre, les exportations marocaines de marchandises ont bondi de 27% enregistrant un plus de 15,5 milliards de DH. Alors que les exportations réalisent également une croissance à deux chiffres (11%) totalisant un surplus de 10 milliards de DH par rapport aux trois mois précédents.

Globalement, la reprise enre­gistrée en août s’est poursuivie en septembre et octobre. Favorisée en particulier par le redressement graduel de la demande extérieure adressée au Maroc. La dynamique des exportations, dans un contexte de baisse continue des importations, a contribué à l’atténuation du déficit commercial qui s’est replié de 22%. Entraînant ainsi une amélioration du taux de couverture de 3 points par rapport à fin octobre 2019.

Compte-tenu de la résilience des recettes des MRE et de l’encaisse­ment du dernier emprunt du Trésor à l’international, les avoirs officiels se sont renforcés pour dépasser 7 mois d’importations de biens et ser­vices.
En glissement annuel, l’import tout comme l’export s’inscrivent en forte baisse de 16,6% et de 10,1%, respectivement. Sur ces bases, le dé­ficit commercial s’allège de 25,6% ou de 44,2 milliards de DH. Le taux de couverture s’établit, quant à lui, à 62,4%, enregistrant une amélioration de 4,5 points.

La baisse des importations de biens s’explique par le recul des achats de la quasi-totalité des groupes de produits. En particulier, la facture énergétique (-22,4 milliards de DH), des produits finis de consommation (-19,8 mil­liards de DH), des biens d’équipement  (-18,7 milliards de DH), des demi pro­duits (-11,4 milliards de DH) et des produits bruts (-2,6 milliards de DH).

En revanche, les achats des pro­duits alimentaires augmentent de 6,9 milliards de DH. Au total, la facture alimentaire s’est établie à plus de 46,9 milliards de DH à fin octobre 2020 contre 40 milliards une année aupara­vant. La hausse résulte, pour l’essen­tiel, des achats du blé (+3,6 milliards de DH) et ceux de l’orge (+1,5 mil­liard de DH).

gas-oils-097.jpg

A fin octobre dernier, la facture énergétique s’établit à 41 milliards de DH contre 63,5 milliards à la même période de 2019. Le recul est dû principalement à la baisse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils (-12,8 milliards de DH). Cette évolution s’explique par l’effet prix en forte baisse de 32,5% et des volumes qui ont reculé de 11%

A l’export, exception faite de l’agroalimentaire qui se stabilise, tous les secteurs accusent des reculs plus ou moins prononcés. Le chiffre d’affaires de l’industrie automobile chute de 13,5% à 57,7 milliards de DH. Celui de l’aéronautique plonge de 28,6%, alors que le textile et cuir accuse un recul de 18%. Par contre, les phosphates et dérivés n’enre­gistrent qu’une légère baisse de 2,2%. Un repli quasi-équivalent est égale­ment constaté pour l’électronique et l’électricité.

Le repli des ventes des phosphates et dérivés s’explique surtout par le plongeon de près de 24% de l’export de l’acide phosphorique. A l’opposé, les exportations des engrais naturels et chimiques enregistrent, quant à elles, une hausse de 8,3%. La part de l’OCP dans le total des exportations gagne 1,6 point passant de 17,8% à fin octobre 2019 à 19,4% à fin oc­tobre 2020.

Selon les données de l’Office des changes, l’évolution des exportations du secteur automobile, s’explique principalement par le recul des ventes du câblage (–24,2%), de la construc­tion (-17,3% ) et de l’intérieur véhi­cules et sièges (-12,5%). La part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 27% contre 28,1% un an auparavant.

En ce qui concerne les expéditions du secteur textile, celles-ci ont été af­fectées principalement par le recul des ventes des vêtements confectionnés (-4,4 milliards de DH) et celles des articles de bonneterie (-1,4 milliard de DH). De même, les exportations du secteur de l’aéronautique affichent une baisse de 4 milliards de DH.

transferts-mre-097.jpg

Les transferts des MRE résistent malgré tout. Sur les dix mois ils ont affiché une légère hausse de 1,7%. Et sur les neuf premiers mois, un mieux de 2,2%. Cette évolution trouve son origine non seulement dans l’esprit de solidarité des MRE envers leurs familles résidant au Maroc, mais aussi dans l’effet de rattrapage des envois après le dé-confinement en Europe

                                                                      

Services: L’excédent plonge de 42%

A fin octobre dernier, la balance des échanges de services affiche un excédent en baisse de 42,1% ou -32 milliards de DH. L’excédent s’établit ainsi à 44 milliards de DH contre 76 milliards un an auparavant.
En effet, les exportations at­teignent 100.484 millions de DH contre 156.495 millions à fin octobre 2019, soit une chute de 35,8%. Paral­lèlement, les importations de services reculent de 29,8%.
En ce qui concerne les recettes voyages, principale composante des exportations de services, elles at­teignent 26.646 millions de DH à fin octobre 2020 contre 67.072 millions une année auparavant, soit un plon­geon de 60%.
Les dépenses voyages reculent également de 50,4% sur les dix pre­miers mois. Ce qui se traduit par la dégringolade de près de 64% de l’ex­cédent de la balance voyages.
Les envois de fonds effectués par les Marocains résidents à l’étranger enregistrent une hausse de 1,7% ou +947 millions de DH. Au total, les transferts ont porté sur 55,8 milliards de DH à fin octobre dernier contre 54,8 milliards un an auparavant.

A.G

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc