×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Régions

Fès-Parkings: La SDL lance l’exploitation du service du stationnement

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5885 Le 16/11/2020 | Partager
Un démarrage à haut risque…les gardiens montent au créneau
La société promet un service de qualité et une facturation à la seconde

C’est à partir de ce vendredi 13 novembre 2020 que la société de développement local (SDL) Fès-Parkings entame l’exploitation du secteur du stationnement. Le lancement de ce nouveau mode de gestion a fait couler beaucoup d’encre et n’est pas sans risque social. Surtout si l’on sait que plus de 500 gardiens de voiture se retrouveront au chômage du jour au lendemain. Ces derniers ont observé un sit-in devant le siège de la mairie. Ils contestent la décision du conseil communal relative à la création de SDL et ses répercussions sur leur avenir. De leur côté, les dirigeants de la ville évoquent «un mouvement orchestré par des instigateurs connus et une polémique que n’a pas lieu d’être». Décryptage.

fes-parking-085.jpg

Pour Mohamed El Harti (à droite), 3e vice-maire de Fès, «les résidents riverains des zones de stationnement bénéficieront de tarifs spéciaux réduits, pouvant aller jusqu’à la gratuité selon le cas». Même son de cloche auprès de Yann Inghilesi, DG de Fès-Parkings (à gauche) qui promet «un avantage économique à tous les comptes qui seront ouverts durant ce mois de novembre sur la plateforme Park’In» (Ph. YSA)

■ La mairie affûte ses arguments
Ce 9 novembre 2020, le conseil de la ville de Fès était sous haute tension. En cause, la «commission des secteurs communaux» présentait la nouvelle SDL des parkings, ses responsables et ses objectifs. A l’extérieur de la mairie, des dizaines de gardiens manifestaient leur désaccord avec les élus. «Nous craignons sérieusement pour notre avenir…nous n’avons aucune ressource pour survivre», scandaient-ils. A l’intérieur, la rencontre tenue à la demande des élus Istiqlaliens, durera plus de 5 heures. Normal, il s’agit d’un sujet épineux et qui engage la ville pour les 26 ans à venir. «Notre but est d’instaurer la smart city, fructifier les recettes communales, et garantir une mobilité optimale», explique Mohamed El Harti, 3e vice-président du conseil communal, lors d’une conférence de presse. A la question «est-ce que le ministère de l’Intérieur a définitivement approuvé le cahier des charges de cette SDL?», il répond «Oui», arguant que «le wali est le président du CA de celle-ci et que le conseil de la ville pourrait revoir ses décisions si les citoyens rejettent cette gestion». Un rejet qui se profile surtout si les solutions technologiques mises en œuvre ne sont pas bien assimilées par les usagers. D’où l’effort de communication consenti pour cette phase de démarrage d’exploitation. A noter que la SDL devrait investir quelque 18 millions de DH dans ses solutions innovantes. «Dotée d’un capital de 500.000DH, cette SDL (Maroc mobilité) est une société de droit marocain», explique son management. «Il n’y a pas de conflit d’intérêt et aucun membre de la ville n’est actionnaire dans cette société…A noter que la mairie, en tant qu’institution, détient 51% du capital de ladite SDL», renchérit El Harti notant que «la société lui payera une redevance annuelle de 6 millions de DH (au minimum) en plus des bénéfices». Cette redevance sera graduelle et dépendra du nombre des places exploitées par la société.
 
■ Des abonnements «gratuits» pour les résidents     
«Avec la nouvelle solution que nous apportons, le stationnement s’effectuera de manière sereine et sécurisée, à travers une signalisation rigoureuse, un contrôle mobile et télé-opéré, un comptage rationalisé… Tout ceci se traduit par une meilleure visibilité de l’état de stationnement, une comptabilité assainie et des retombées financières pour la commune clairement identifiées», souligne d’emblée Yann Inghilesi, DG de Fès-Parkings. Selon lui, sa société «optera pour un contrôle mobile et télé-opéré avec un comptage rationalisé». Pour aller vite, l’opérateur gérera quelque 13.000 places de stationnement (dont 6.500 pour ce début d’activité) au niveau de l’arrondissement Agdal. «Ceci, sans garantir le gardiennage», précise-t-on. S’agissant de la tarification, celle-ci varie de la gratuité à l’abonnement mensuel. Pour la première, les citoyens résidents peuvent la demander à côté de leur lieu d’habitat (immeubles) qui n’est pas doté d’un garage en sous-sol. A noter que le tarif standard est de 2 DH pour une heure, 6 DH pour 4 heures, et 20 DH pour une journée entière (de 8h du matin à 20h). Signalons que la société a élaboré plusieurs offres permettant aux automobilistes de payer «un stationnement à la seconde». Pour en profiter, il faut s’inscrire sur la plateforme et l’Appli Park’In. Laquelle devrait être activée dans les prochains jours. En attendant, les usagers peuvent souscrire à des abonnements mensuels ou opter pour des cartes prépayées. «Le solde sera débité après chaque stationnement mentionné sur la plateforme», indique le management de la SDL. Et de poursuivre: «les abonnements mensuels varieront entre 160DH (soit un forfait de 5DH/jour) en zone résidentielle et 360 DH pour un stationnement illimité». 

                                                                      

Haro sur les contrevenants et fraudeurs 

En cas d’infraction ou de non-paiement des redevances de stationnement, l’automobiliste devra régulariser sa situation dans un délai de 48 heures suivant l’infraction. Il devra s’acquitter d’une pénalité de 2 DH pour chaque heure de retard. Passé un délai de 48h, le montant de la pénalité sera multiplié par 50 pour chaque heure de stationnement non payée. «Nous avons des véhicules dotés de caméras de précisions braquées sur les plaques d’immatriculation ainsi que des agents assermentés qui se chargeront de constater les infractions. L’automobiliste sera avisé et devra payer une amende dans un délai de 48 h. En cas de triples récidives successives, et non-paiement, son véhicule sera immobilisé», souligne le responsable de la société, sans donner aucune précision sur «la méthode d’immobilisation». «En tout cas, ce ne sera pas un sabot», rassure le vice-maire. Et de tempérer: «la campagne de communication initiée actuellement vise à enlever toute ambiguïté en expliquant le mode opératoire à travers un affichage publicitaire sur 14 panneaux 4x3, 120.000 flyers à distribuer, et des vidéos de sensibilisation partagées sur les réseaux sociaux». Tirant profit de son expérience à Naples, Hambourg, et Florence, Fès-Parkings promet un service de qualité et une efficience en matière d’économie pour les usagers et de rentabilité pour la Ville… «Nos solutions innovantes sont le fruit d’une étude réalisée au regard, d’une part, de l’impact négatif qu’à le stationnement traditionnel sur le commerce ainsi que sur la vie de la ville en général et, d’autre part, la confusion qui règne dans ce domaine tant en ce qui concerne le mode de paiement que la manière dont celui-ci est fixé de manière arbitraire par les gardiens de fait, ce qui engendre des conflits entre ces derniers et les automobilistes», conclut Yann Inghilesi.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc