×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca/Aïn Sebaâ: Concours pour l’aménagement de la corniche

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5883 Le 12/11/2020 | Partager
Un projet dont le budget s’élève à 70 millions de DH
Il s’inscrit dans la continuité des aménagements déjà réalisés
La séquence «Aïn Sebaâ-Sidi Bernoussi» s’étend sur 3,4 km

Casa-Aménagement vient de lancer un concours d’aménagement de la corniche Aïn Sebaâ-Sidi Bernoussi. L’adjudicataire devra proposer un concept d’aménagement de ces plages très fréquentées (mobilier urbain, signalétique, baladoir, accessibilité…).

casablanca-ain-sebaa-083.jpg

Le lancement en 2015 de la station de prétraitement «Eaucéan» a permis de dépolluer la zone Est (entre Aïn Sebaâ et Mohammadia) qui concentre 80% des installations industrielles du Grand-Casablanca et 70% des rejets industriels de la wilaya, produits par 2.400 unités. Aujourd’hui, deux stations de prétraitement sont opérationnelles: El Hank (45%) et Eaucéan (55%) (Ph. L’Economiste)

Un projet qui rentre dans le cadre de l’aménagement du littoral (de Dar Bouazza à Mohammadia), financé par le PDGC (Plan de développement du Grand Casablanca). Le montant global des travaux est estimé autour de 72 millions de DH.

Après le réaménagement de la corniche de Aïn Diab et El Hank, celles de Dar Bouazza et de Mohammadia, sans oublier la promenade de la mosquée Hassan II, Casa-Aménagement engage un autre chantier sur cette séquence qui s’étend de l’allée des Mimosas au boulevard Annassij sur 3,4 km.

Le nouvel aménagement devra être étudié dans la continuité des aménagements de corniches déjà réalisés sur Casablanca. Il fera l’objet d’une séquence unique, pouvant être déclinée en sous séquences. A terme, les allées piétonnes et cyclables seront connectées aux aménagements existants sur les autres sites. L’ensemble du projet doit être accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR).

Les ambiances lumineuses et les hauteurs de mâts seront à préciser selon les espaces. Une ligne de mobilier urbain spécifique (banc, corbeille, pergola, signalétique, construction légère, ...) sera créée. Les matériaux choisis seront durables et dès que possible perméables. Ils seront résistants aux embruns et ne nécessiteront aucun entretien.

L’adjudicataire devra maintenir la plage en tant que telle, valoriser et favoriser les vues sur l’océan et la mosquée Hassan II. Il devra en outre respecter les orientations du Plan national de gestion intégrée du littoral approuvé en février 2020 et les dispositions de la loi 81-12 relative au littoral. Le baladoir devra accueillir une promenade pour les piétons et éventuellement pour les cycles, ainsi que des assises ombragées. Hors véhicules de secours, aucun stationnement ne sera possible à proximité du baladoir ou de la plage..

Aziza EL AFFAS

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc