×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca: 560 millions de DH pour le transport par bus

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5813 Le 28/07/2020 | Partager
Le montant destiné en partie à l’acquisition de la nouvelle flotte
Le reste consacré au financement d’un plan de départs volontaires et du déficit d’exploitation
Une convention qui s’étend sur 3 ans (2020-2022)
transport_casablanca.jpg

Le parc de 400 bus provisoires est insuffisant par rapport aux besoins réels d’une ville comme Casablanca. Les usagers sont contraints de patienter des heures avant l’arrivée d’un bus bondé en ces temps de crise sanitaire 

C’est acté. Les élus casablancais viennent de donner leur aval à la convention de financement du contrat de gestion déléguée du transport public par bus sur 3 ans (2020-2022). C’était lors de la session extraordinaire du Conseil de la ville de Casablanca qui s’est tenue jeudi 23 juillet. En vertu de cette convention, reliant les différents intervenants de ce secteur (commune, ECI Al Baida, DGCL et Casa-Transport), un budget de 560 millions de DH sera débloqué, dont le plus gros sera versé par la CUC (300 millions de DH). Le reste est réparti entre la DGCL (Direction générale des collectivités locales), qui doit contribuer à hauteur de 200 millions de DH et l’ECI Al Baida (établissement regroupant l’ensemble des 18 communes du Grand-Casablanca), qui versera 60 millions de DH. Ce montant servira en premier lieu au financement d’une partie du parc de bus neufs (soit la moitié des 700 bus prévus), sachant qu’Alsa financera 350 bus, selon ses engagements contractuels. L’autre partie sera consacrée à l’opération de départs volontaires des salariés de l’ex-M’dina Bus et au financement du déficit d’exploitation durant les premières années du contrat de gestion déléguée (2020-2022). Quant à l’exécution des termes de la convention, elle est confiée à Casa-Transport. La SDL devra notamment recevoir les contributions financières et préparer un rapport, tous les 6 mois, sur l’état d’avancement de l’exécution du contrat de gestion déléguée et les montants versés au délégataire (Alsa). Casa-Transport jouera donc le rôle de chef d’orchestre qui doit assurer le rôle  coordinateur entre les différentes parties prenantes. D’autant plus qu’à terme, le nouveau réseau de bus sera complémentaire dans sa desserte aux 4 lignes de tramway et aux 2 lignes de bus à haut niveau de service (BHNS), proposant un tarif bus/tram ou bus/BHNS moyennant la carte rechargeable opérationnelle actuellement dans les lignes de tramway.
Casa-Transport sera donc appelée à gérer les relations avec 2 exploitants (RATP Dev et Alsa) d’une part et 2 autorités délégantes de l’autre (la commune et l’ECI Al Baida), sans oublier le comité de suivi. Ce qui n’est pas une mince affaire !
Pour rappel, l’acquisition du matériel roulant (700 bus) et la mise à niveau du réseau nécessiteront une enveloppe de 1,1 milliard de DH, dont le plus gros sera versé par le FART (plus de 900 millions de DH). Le reste est réparti entre la commune, l’ECI et la DGCL. 
Après des années de gestion catastrophique du transport public par bus (sous l’ère M’dina Bus), les Casablancais ont l’espoir de voir une meilleure qualité de service à l’arrivée de la nouvelle flotte promise d’ici la fin de l’année.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc