×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

OPCI: La CDG consolide son rang de leader

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5798 Le 07/07/2020 | Partager
Sa filiale Ajarinvest vient de décrocher deux nouveaux agréments
Le portefeuille totalise actuellement 3,5 milliards de DH d’actifs
4 autres sociétés s’apprêtent à créer leurs premiers OPCI
noreddine-tahiri-098.jpg

Noreddine Tahiri, directeur général d’Ajarinvest: «Par ailleurs, ces réalisations n’ont pu être concrétisées que grâce à l’expertise et la maîtrise de tous les aspects liés aux OPCI développées au sein d’Ajarinvest et au soutien de nos deux actionnaires CDG et CIH Bank» (Ph. N.T.)

Et de quatre pour Ajarinvest! L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a délivré, vendredi 3 juillet, son agrément à deux nouveaux OPCI développés par la filiale commune CDG (60%) et CIH Bank (40%). Il s’agit de CDG Pierre Secure SPI-RFA et Amane Placement SPI-RFA.

Ce qui porte à quatre le nombre d’OPCI créés jusque-là, tous gérés par Ajarinvest, première société spécialisée dans la structuration et la gestion des OPCI. La structure est d’ailleurs la première à avoir décroché son sésame de la part de l’AMMC en développant, fin 2019, les deux premiers OPCI: CIH Patrimmo et CDG Premium Immo, tous deux des SPI-RFA. Le portefeuille d’OPCI géré par Ajarinvest pèse 3,5 milliards de DH. 

«Nous sommes fiers d’avoir décroché ces deux nouveaux agréments d’OCPI qui nous permettront de nous positionner non seulement en tant que précurseur, mais également en tant que leader sur cette nouvelle industrie. Nous sommes d’autant plus enthousiastes que ces agréments coïncident avec la phase de reprise économique qui suit la période du confinement sanitaire», déclare Noreddine Tahiri, directeur général d’Ajarinvest.

Les OPCI (organisme de placement collectif en immobilier) sont des véhicules d’investissement qui détiennent essentiellement des actifs immobiliers destinés à la location. Ils sont soumis à la loi régissant l’appel public à l’épargne. Ce qui leur confère un niveau de sécurité et de transparence élevé en matière de gestion, de gages, assorties de règles de gestion avantageuses.

«Nous avons toujours vu en les OPCI un véhicule qui présente un important potentiel de développement de l’économie en se positionnant à la fois comme instrument alternatif d’investissement et performant de financement de l’investissement productif», confie Tahiri.

Le ministère des Finances estime le potentiel de l’industrie des OPCI au Maroc  à plus de 200 milliards de DH. Si Ajarinvest est le premier opérateur à avoir obtenu son agrément, plusieurs autres sociétés se sont déjà positionnées.

En plus de la filiale de la CDG, quatre structures spécialisées ont obtenu leur agrément: Nema Capital (50% Société Générale et 50% Yamed), BMCE Capital Real Estate, Africa Stone Management (BCP), Attijari Reim. Elles s’activent actuellement pour la création de leur premier portefeuille d’OPCI.

Il existe deux types d’OPCI: les OPCI RFA (à règle de fonctionnement allégée), destinés aux investissements qualifiés au sens de la loi et les OPCI grand public, ciblant les personnes physiques. Pour le moment, aucun des quatre OPCI agréés jusqu’à présent n’est ouvert aux particuliers.

Devant s’inscrire dans le long terme, l’investissement dans un OPCI offre un avantage par rapport à l’achat d’un bien immeuble. Les OPCI présentent une bien meilleure liquidité que l’immobilier direct puisqu’ils restent des véhicules d’investissement à capital variable. Ainsi, les souscriptions et les rachats sont plus souples à l’image des OPCVM.

Dans son approche, Ajarinvest «cherche à s’adapter aux exigences de ses clients et à mettre en œuvre une gamme de solutions sur mesure, qui sont de nature à offrir toute la souplesse requise par nos clients. Nous veillons en permanence à tirer le meilleur du large champ de structuration juridique, permis par la loi et la réglementation des OPCI», ajoute le directeur général d’Ajarinvest.

C’est ainsi que l’opérateur a pu accompagner non seulement la CDG et CIH Bank, mais également les deux compagnies d’assurance Atlanta et Sanad, et à travers elles, le groupe Holmarcom.

L’immobilier de bureaux en ligne de mire

Les deux OPCI fraîchement agréés sont destinés à investir essentiellement dans des immeubles de bureaux. Ce qui pourrait constituer, avec les réseaux d’agences bancaires, les cibles des OPCI qui seront créés dans les mois à venir. D’autres sociétés ne manqueront pas d’emboîter le pas à Ajarinvest sur ce même créneau sous la vigilance du gendarme des marchés financiers.  «Les services de l’AMMC nous ont challengés tout au long de l’instruction du dossier. Ils nous ont permis de nous remettre en cause sur plusieurs points et d’améliorer ainsi la qualité de nos dossiers de demande d’agrément», conclut Noreddine Tahiri, directeur général d’Ajarinvest.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc