×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La croissance a ralenti en 2019

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5778 Le 09/06/2020 | Partager
2,5% contre 3,1% l’année précédente
L’épargne nationale représente 27,8% du PIB
L’investissement brut atteint 32,2% de la richesse nationale

Performance modérée de l’économie en 2019. La croissance du PIB a progressé de 2,5% contre 3,1% en 2018. L’arrêté des comptes nationaux qui vient d’être livré par le Haut commissariat au plan fait ainsi ressortir un ralentissement de l’activité cette année.

Caractérisé par une faible pluviométrie et une campagne agricole très moyenne, l’exercice 2019 a bénéficié du soutien des activités non agricoles. En volume, la valeur ajoutée agricole a baissé de 5,8% (hors activité de la pêche) contre une hausse de 3,7% en 2018.
Les impôts nets des subventions sur les produits ont pris 2% contre 4,6% en 2018. Le PIB hors agriculture a légèrement progressé: 3,5% en 2019 contre 3,1% une année plus tôt.

croissance-078.jpg

L’investissement brut (FBCF et variation de stocks) s’est établi à 32,2% du PIB  au lieu de 33,4% en 2018. Il a été financé à hauteur de 86,4% par l’épargne nationale brute contre 83,1% en 2018

2019 s’est également caractérisée par une décélération de la demande intérieure: elle a évolué de 1,8% alors qu’en 2018 elle s’était accrue de 4%. Du coup, sa contribution à la croissance n’a pas dépassé 2 points alors qu’elle y avait participé pour 4,4 points en 2018.  Les dépenses de consommation finale des ménages ont progressé de 1,8% au lieu de 3,4% en 2018. Leur contribution à la croissance s’est ainsi contractée ne dépassant pas 1 point au lieu de 2 points une année auparavant.

En revanche, la consommation finale des administrations publiques a affiché un taux de croissance de 4,7% en 2019 contre 2,7% en 2018. Sa contribution à la croissance s’est légèrement améliorée: 0,9 point en 2019 contre 0,5 point une année auparavant.
L’investissement brut a également ralenti: une évolution de 0,1% en 2019 contre 5,8% en 2018.

Une contribution positive des échanges extérieurs à la croissance est relevée: 0,5 point au lieu de -1,2 point en 2018. Dans le détail les exportations de biens et services ont affiché une hausse de 5,5% pour une participation à la croissance de 2,1 points. De leur côté, les importations ont ralenti à 3,3 alors qu’elles avaient augmenté de 7,4% en 2018. Leur contribution reste toujours négative: -1,6% contre -3,5% en 2018.

L’année dernière le revenu national brut disponible a progressé de 3,6% contre 3,1% en 2018 s’établissant ainsi à 1.203 milliards de DH. Aux prix courants, le PIB s’est accru de 3,9% alors que le taux de progression des revenus nets reçus du reste du monde a baissé de 1,5%.

Selon le HCP, l’épargne nationale s’est établie à 27,8% du PIB alors que l’investissement brut a représenté 32,2% du PIB au lieu de 33,4% une année auparavant. Il est financé à hauteur de 86,4% par l’épargne nationale brute contre 83,1% en 2018. Le besoin de financement de l’économie nationale s’est allégé: 4,4% du PIB en 2019 contre 5,6% en 2018.

K. M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc