×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Visite technique: Une caution bancaire en otage depuis six ans

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5751 Le 29/04/2020 | Partager
Une garantie pour l’accréditation ISO 17020
Une certification indisponible au Maroc faute d’instruments d’étalonnage
La norme Imanor toujours pas activée

Les centres de contrôle technique de véhicules qui ont obtenu leur agrément depuis 2014, soit la majorité, traînent encore un différend avec le ministère du Transport. Leur autorisation provisoire était conditionnée à l’obtention de la certification ISO 17020.

En guise d’astreinte, ils devaient fournir une caution bancaire de 500.000 DH, caution ramenée à 400.000 depuis 2015. Le délai pour la certification avait été fixé à deux ans après l’ouverture. Plus de six ans plus tard, aucun centre n’a été certifié 17020.

visite-technique-2-051.jpg

Les agents visiteurs ayant suspendu leurs activités pendant un an, notamment suite à une sanction, sont tenus de suivre une formation de 90 heures pour récupérer leur certification d’aptitude professionnelle (Ph. L’Economiste)

La profession soutient qu’il n’existe pas au Maroc d’organisme certificateur pour cette norme. Malgré cela, «la caution bancaire n’a jamais été restituée. Et elle génère des frais d’environ entre 900 et 1.500 DH par mois depuis 2014, sans que l'on ne sache  quand ce problème sera résolu», indique le propriétaire d’un centre.

Selon les opérateurs, près de 300 centres seraient dans cette situation. Certains auraient même hypothéqué des biens personnels pour obtenir la caution auprès d’une banque. Pour débloquer la situation, le ministère du Transport avait sollicité l’Institut marocain de normalisation (Imanor) pour concevoir une norme nationale en substitution à la certification ISO 17020.

Après quelques réunions de travail avec les professionnels des quatre réseaux, Imanor a publié une norme au Bulletin officiel il y a deux ans. L’objectif était de libérer la caution bancaire. La norme contient plus de 90% des dispositions ISO 17020. Seule la partie étalonnage a été désactivée faute d’instruments dédiés. Les centres devant solliciter la certification s’engageaient à se conformer à ce standard une fois que les instruments d’étalonnage seront disponibles. Depuis, rien n'a bougé.

Sur un autre registre, de par la loi 52-05, les agents visiteurs (les techniciens chargés du contrôle technique) et les chefs de centre (responsable de la gestion administrative et technique) sont tenus de suivre une formation continue obligatoire respectivement de 72 h et 36 h chaque année pour le renouvellement de la certification d’aptitude professionnelle.

Cette formation est axée sur la réglementation, le lexique du manuel d’utilisation, le contrôle technique, la sécurité au travail, les notes de service, ainsi que les nouveautés technologiques automobiles. Le contenu de ces formations n’a pas été actualisé depuis 2006, s'étonnent les opérateurs.

La formation, qui dure une dizaine de jours, se déroule dans des salles d’écoles ou d’hôtels. Les agents visiteurs sont obligés de se déplacer et de supporter les frais de bouche et de séjour. Les propriétaires proposent de dématérialiser la formation en raison des contraintes du confinement et d’en ramener la durée à 24 h, réparties en 12 séances de 2 heures chacune.

Le principe consisterait à télécharger le module et de le préparer à l’avance. L’absence des visiteurs pendant une dizaine de jours pour les besoins de formation pénaliserait les centres de visite faute de remplaçant.

                                                                            

Une formation contrôlée

Puisque la formation est obligatoire, les gérants de centres de visite proposent de fournir à Narsa (Agence nationale de la sécurité routière) la liste des participants, quitte à lui permettre de se connecter sur la plateforme de formation en même temps que les agents visiteurs.

D’autres moyens de contrôle sont proposés pour vérifier l’assiduité des participants. Il s’agit de captures d’écrans, du relevé du temps de connexion ou encore le listing des participants. La formation continue obligatoire des agents visiteurs est prise en charge par les réseaux respectifs, qui perçoivent chaque année entre 5 et 6% du chiffre d’affaires de chaque centre. Un défraiement qui couvre le logiciel, la formation, le système qualité, la télémaintenance, l’accompagnement technique.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc