×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Coronavirus: BM, FMI et G20 tendent la main pour aider

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5726 Le 25/03/2020 | Partager
Tant sur le plan sanitaire qu’économique
Objectif: soutenir les pays les plus vulnérables face à la pandémie
Un sommet «virtuel» du G20 en préparation
corona-medecins-026.jpg
Les ministres des Finances du G20 se sont déclarés prêts à soutenir les pays les plus vulnérables face à la pandémie de coronavirus. Ce soutien sera tant sur le plan sanitaire qu’économique, grâce au soutien notamment de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (Ph. AFP)

Les marchés ont repris quelques couleurs ce mardi à la faveur de nouvelles un peu meilleures sur le front sanitaire. La ville chinoise de Wuhan, berceau de l’épidémie de Covid-19, va en effet lever le 8 avril ses restrictions aux déplacements après plus de deux mois de confinement.

L’Italie a de son côté enregistré lundi une deuxième baisse consécutive du nombre de morts et de nouveaux cas positifs, alimentant l’espoir prudent d’un ralentissement de la pandémie. Ailleurs dans le monde, les mesures sanitaires se renforcent, en particulier au Royaume-Uni, qui a décrété un confinement de la population pour au moins trois semaines.

Les efforts de coordination internationale devraient également finir par porter leurs fruits. En effet, les ministres des Finances du G20 se sont déclarés prêts à soutenir les pays les plus vulnérables face à la pandémie de coronavirus. Ce soutien sera tant sur le plan sanitaire qu’économique, grâce au soutien notamment de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Ce dernier envisage notamment de nouvelles allocations de droits de tirages spéciaux (DTS) et des lignes de swaps au bénéfice des pays en développement et des pays émergents fragilisés par leur dette, comme le Liban ou l’Argentine. Les DTS sont une sorte de monnaie créée par le FMI, dont le cours évolue en fonction d’un panier de devises.

covid-19-026.jpg

Et les lignes de swaps sont des outils de protection contre un risque de liquidités en devises, typiquement pour les pays qui s’endettent en dollars et dont la monnaie se dévalue par rapport au billet vert, rendant leurs dettes plus difficiles à rembourser.

Ces nouvelles options sont soutenues par la France et ont été accueillies favorablement par les ministres des Finances du G20, précise Bercy. Le G20 Finances s’est tenu lundi 23 mars en préparation du sommet «virtuel» du G20. La présidence saoudienne du G20 a fait savoir que ce sommet devrait se tenir dès cette semaine.

Le FMI avait prévenu que la récession mondiale pourrait être pire cette année que pendant la crise financière de 2008. Sa directrice générale, Kristalina Georgieva, a indiqué que les investisseurs ont déjà retiré 83 milliards de dollars des marchés émergents depuis le début de la crise, «la plus importante sortie de capitaux jamais enregistrée».

Pour préserver les Etats-Unis des conséquences de la pandémie de Covid-19, la Fed a annoncé aussi de nouvelles mesures dont l’achat illimité d’obligations ainsi que divers mécanismes d’aide directe aux entreprises, y compris les PME. Ceci au moment où les élus démocrates et républicains du Congrès ont de nouveau échoué lundi à s’entendre sur un plan de soutien massif à l’économie américaine.

Les discussions se poursuivaient en coulisses pour tenter de parvenir à un vote au Sénat mardi. De leur côté, les 27 ministres des Finances de l’UE ont renoncé aux règles de discipline budgétaire, mais ils doivent encore s’entendre sur des mesures plus fortes.

Impact sur la région Mena

Plombée par la double peine du nouveau coronavirus et de la faiblesse des prix du pétrole, la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) devrait connaître aussi une forte baisse de sa croissance cette année, selon les derniers pronostics du FMI. La pandémie a provoqué un ralentissement de l’activité économique mondiale mais aussi une baisse de la demande de pétrole, dont de nombreuses économies de la région dépendent fortement. Mardi enfin de matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 28,58 dollars à Londres, en hausse de 5,73% par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril américain de WTI pour mai gagnait 7,41%, à 25,09 dollars. L’organisation basée à Washington a exhorté les gouvernements de la région à mettre rapidement en place des plans de sauvetage afin d’éviter une récession prolongée, une hausse du chômage et des faillites d’entreprises.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc