×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Analyse

    Le salariat, le statut privilégié

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5704 Le 24/02/2020 | Partager
    Sept chômeurs sur dix souhaitent ce statut
    Le contact direct des employeurs et les réseaux familiaux, les canaux pour trouver un emploi

    A moins qu’un changement ne s’opère avec le programme Intelaka,  monter son propre business n’intéresse pas trop les personnes à la recherche d’un emploi. L’année dernière près de 7 chômeurs sur 10  ont souhaité travailler en tant que salarié.

    Les proportions sont élevées chez les femmes autant que les hommes: 78,3% chez les premières contre 68,4% chez les seconds. Cette préférence pour le salariat est également importante chez les diplômés du supérieur: plus de 7  sur 10. Chez les non diplômés, le taux baisse à 64,9% mais reste important.

    recherche-demploi-004.jpg

    Seuls 9% des diplômés du supérieur recourent à l’Anapec. Le taux est très faible auprès des personnes qui détiennent un diplôme moyen

    Avec une population importante de primo-demandeurs et de chômeurs de longue durée, la préférence pour un secteur d’activité ne semble pas trop préoccuper. Les personnes au chômage sont prêtes à travailler dans n’importe quel secteur. C’est le cas en tout cas de 68,9% d’entre elles. Seuls 19,6% préfèrent le privé contre 8,8% qui optent pour le secteur public. Même auprès des diplômés de niveau supérieur, ceux qui penchent pour le secteur public ne dépassent pas 19,8%.

    La structure de l’emploi selon le secteur d’activité a légèrement changé. La part de l’agriculture recule progressivement: 32,5% en 2019  contre 34,4% en 2018 et 38% en 2016.  L’industrie (y compris l’artisanat) ainsi que les BTP sont restés quasi-stables avec respectivement 12% et 10,5% d’emplois. Le secteur des services concentre  44,9% des emplois dont  la majorité est concentrée dans les activités peu structurées.

    Le marché du travail se caractérise aussi par le faible recours à l’intermédiation. A peine 5% des chômeurs explore cette voie: 6,5% des femmes contre 4,1% pour les hommes. Les personnes à la recherche d’un emploi ont recours aux réseaux personnels et familiaux ainsi qu’au contact personnel des employeurs.

    Des moyens traditionnels utilisés par les deux tiers des personnes à la recherche d’un emploi en 2019. Les statistiques du Haut commissariat au plan indiquent que 31,4% passent par les personnes parentes ou à l’entourage et 33,5% par le contact direct des employeurs.

    Les hommes utilisent ces canaux beaucoup plus que les femmes: 70,6% pour les premiers contre 54,2% pour les femmes. Les réponses aux annonces et les concours ont été déclarés comme mode de recherche d’emploi par 18,2% des chômeurs et les femmes sont plus concernées que les hommes.

    K. M.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc