×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Tourisme: Essaouira achève l’année en apothéose

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5668 Le 03/01/2020 | Partager
Belle envolée touristique en 2019, avec une croissance de 8%
L’offre aérienne se renforce et l’animation aussi
Les professionnels «très confiants» pour 2020
gnoua-068.jpg

Essaouira a vécu la dernière semaine de 2019 au rythme de concerts d’hommage à l’art Gnaoua, inscrit récemment comme patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco (Ph. R.K)

De par sa situation géographique avantageuse, mixant produits culturels et balnéothérapies, Essaouira se fraye désormais une bonne place dans le top 10 des villes touristiques marocaines. Réunissant les atouts de Marrakech et d’Agadir, elle bénéficie d’une aura médiatique sans précédent.

De fait, la ville fait souvent la une des magazines culturels et sportifs internationaux. Par ailleurs, elle est de plus en plus prisée par les étrangers qui viennent y passer une retraite dorée. C’est tout cela, la petite ville d’Essaouira composée de moins de 70.000 habitants qui, sans la mobilisation de ses professionnels et des Souiris (avec comme chef de file André Azoulay), auraient continué à vivre dans la précarité, au sein de leur cité oubliée.

Aujourd’hui, cette implication donne ses fruits. La ville cartonne en période de haute saison. A l’instar de Marrakech, la ville des alizés a clôturé l’année 2019 en apothéose, avec une programmation alléchante soigneusement concoctée par le Conseil provincial du tourisme d’Essaouira (CPTE) et d’autres partenaires.

«L’objectif étant de renforcer l’attractivité de la ville et d’assurer une animation «durable» et «attrayante», tant pour les Souiris que pour les visiteurs de la ville», indique Redouane Khanne, président du CPTE.

Concerts de musique en plein air, parade pour rendre hommage à l’art Gnaoua, inscrit récemment comme patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco, spectacle de feux d’artifices… Cette animation a porté ses fruits. «Pour les seules fêtes de fin d’année, tous les établissements hôteliers classés ont affiché complet. L’économie de la destination est en phase d’achever 2019 sur une note très positive», se réjouit Khanne.

Globalement, Essaouira a enregistré de bons scores en 2019. A fin septembre, la ville des alizés a maintenu sa dynamique sur le plan touristique. Elle a connu une hausse globale de 8% en termes d’arrivées, qui s’est traduite par une progression de 9% pour les nuitées. Selon les données de la délégation provinciale du tourisme d’Essaouira, les mois d’octobre et de novembre 2019 ont enregistré une augmentation de 14% des nuitées par rapport à la même période de 2018. Cette performance s’est accompagnée d’une hausse de 15% des arrivées.

Maintenant que la dynamique est bien enclenchée, il s’agit de travailler pour faire d’Essaouira une destination de séjour, plutôt que simple étape d’excursion ou circuit, et tirer vers le haut la durée moyenne de séjour. C’est l’une des priorités du CPTE pour 2020. D’où  l’attention toute particulière à l’animation.

Pour les professionnels de la place, l’ensemble des indicateurs du secteur sont au vert. «Cela nous permettra d’entamer l’année 2020 avec sérénité et plus de détermination pour drainer davantage de touristes». Dans ce sens, le CPTE prévoit une campagne de communication autour de la destination pour mieux la positionner sur les marchés locaux.

A l’international, il s’agira aussi de renforcer la visibilité de la ville des alizés sur les marchés à fort potentiel touristique, d’améliorer le produit et de poursuivre l’effort au niveau de l’aérien. En effet, il n’y a pas de secret: sans aérien, tout effort peut tomber à l’eau.

Et derrière le regain d’intérêt pour Essaouira, il y a le plan aérien concocté en 2014. Grâce à ce plan soutenu par l’ONMT, l’ONDA et la région de Marrakech/Safi, l’on a pu voir l’arrivée de compagnies comme Esayjet, Tui fly, Transavia,  le retour de la compagnie nationale, RAM, pour relier Essaouira. Il y a trois mois, Ryanair s’est également positionné et a ouvert trois lignes qui connectent la ville à plusieurs marchés pourvoyeurs de touristes. Il s’agit de Bruxelles, Londres et Marseille.

«Nous devons continuer à travailler sur la diversification de notre offre touristique, et à orienter la destination sur d’autres marchés émetteurs de touristes plus prometteurs», souligne le président du Conseil provincial du tourisme d’Essaouira.
Pour 2020, il y aura probablement d’autres bonnes nouvelles à annoncer, que ce soit pour l’aérien ou l’investissement touristique.

Les hôteliers se frottent les mains

La plupart des hôteliers ont enregistré des progressions importantes en termes de nuitées. Les hôtels classés 3 étoiles ont réussi à augmenter de 46% leurs nuitées. Très bon score aussi pour les maisons d’hôtes qui ont attiré plus de 15% de touristes par rapport à l’an dernier. Enfin, les 5 étoiles ont connu une hausse de 10% des nuitées. Derrière cette embellie, les bonnes performances réalisées par les non-résidents, notamment les marchés français (+18%), allemand (+19%) et espagnol (+10%). Grâce à la nouvelle liaison aérienne avec Bruxelles - même si le vol a été lancé tardivement -, le marché belge a connu lui aussi une augmentation de 3%.

De notre correspondante permanente Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc