×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Rentrée des cadres: Ils n’arrivent pas à décrocher en vacances

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5614 Le 15/10/2019 | Partager
    Les deux tiers contraints à rester joignables durant leur congé
    Plus de la moitié des cadres ne sont pas épanouis
    Les femmes et les jeunes, les plus stressés
    surchage_du_travail_014.jpg

    Très souvent, le sentiment de stress survient lorsque l’on exige des collaborateurs de dépasser leur capacité sur le plan professionnel. La surcharge de travail est le principal facteur d’anxiété des cadres marocains

    Les vacances d’été, période tant attendue par tous pour enfin lever le pied, se reconnecter à soi-même, souffler... Mais aujourd’hui, cet espace de liberté est de plus en plus investi par le travail. Des mails à traiter, des appels urgents, un problème que nous seuls pouvons résoudre... Et lâcher prise devient difficile.

    C’est d’ailleurs ce qui ressort de la dernière enquête du jobboard Rekrute.com. A peine 43% des cadres sondés affirment se déconnecter complètement de leur travail pendant la période estivale.

    Les deux tiers disent être contraints de rester joignables pendant leurs vacances. Smartphones et ordinateurs portables aidant, puisque plus des ¾ ont un accès permanent à leur boîte mail professionnelle via ces canaux. Ils la consultent ainsi volontairement ou par obligation et cette situation impacte fortement leur bien-être.

    En effet, près du quart des interrogés affirment que leur moral en est énormément touché et 44% que légèrement. En revanche, le tiers affirme ne pas passer de moins bonnes vacances pour autant.

    Alors qu’en temps normal, à peine deux cadres sur 10 disent se sentir stressés par leur emploi, durant les vacances, ils sont près du tiers à en pâtir. Parmi les facteurs qui engendrent l’anxiété, la charge de travail élevée arrive en tête de liste (46%), suivie du déséquilibre entre vie personnelle et vie professionnelle (40%). Parmi les autres causes de stress figurent également le management par objectif (36%) et les difficultés relationnelles avec le management (34%) et les collègues (14%).

    jeunes_moins_epanouis_014.jpg

    Les cadres les plus expérimentés sont les plus heureux au travail. En avançant dans leur carrière, ils gagnent en assurance et sont moins stressés quant à  leur avenir

    Contrairement aux cadres confirmés, les débutants et juniors sont les plus impactés par le stress (57%). «Les moins de 25 ans sont stressés à leur poste car ils ont besoin de faire leurs preuves, étant donné qu’ils débutent leur vie professionnelle», explique Alexandra Montant, DGA de ReKrute.com. «Ils doivent fournir plus d’efforts que leurs aînés afin de gravir les échelons et gagner en expérience», ajoute-t-elle.

    Par ailleurs, le bien-être au travail semble toujours difficile à atteindre. Plus de la moitié confie ne pas être épanouie professionnellement. Les femmes sont celles qui le sont le moins. Seules 38% estiment qu’elles le sont, contre 48% pour les hommes.

    «Elles doivent jongler quotidiennement entre leur travail et leur vie privée (vie de maman et/ou d’épouse), ce qui déteint inévitablement sur leur journée au bureau», indique le management de ReKrute.com. Ce constat ressort également dans l’enquête «Femme et conciliation vie pro/vie perso», selon laquelle les deux tiers des femmes estiment qu’il est difficile, voire très difficile de trouver un équilibre.

    Plus les cadres avancent dans leur carrière, plus ils sont épanouis. En effet, les cadres les plus expérimentés (45 et plus) sont les plus heureux au travail (+74%). «En gagnant de l’expérience, les cadres sont plus sereins et sûrs du chemin qu’ils empruntent pour leur carrière», indique le management du jobboard. Seulement 6 jeunes de moins de 25 ans sur 10 se disent épanouis. Ce taux atteins 68% auprès des 35 et 45 ans.

    Echantillon

    Plus de 1.300 personnes ont été sondées par le cabinet Rekrute.com pour l’enquête «Rentrée des cadres». 43% des répondants sont âgés entre 25 et 34 ans, et 35% ont entre 35 et 44 ans. 19% ont plus de 45 ans, tandis que 3% sont des jeunes de moins de 25 ans. Les questionnaires ont été transmis par mail. La majorité des répondants sont des hommes (68%).

    Tilila EL GHOUARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc