×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Football: Un match international à Oujda... 40 ans après!

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5611 Le 10/10/2019 | Partager
    Les premières rencontres s'étaient déroulées en 1961 (Libye) et en 1979 (Bastia)
    Le match retour Maroc/Algérie se jouera, lui, à Berkane
    Guichets fermés, marché noir et rattrapage de dernière minute pour équiper le stade aux normes FIFA
    oujda-matchs-011.jpg

    Les préparatifs sont en phase finale pour doter le complexe d’Oujda de panneaux de bord électroniques et d’un tableau d’affichage  (Ph. A.K)

    Il a fallu 40 ans pour que l'Oriental accueille à nouveau des rencontres internationales de football. Pour ceux qui s'en souviennent encore, le premier match a eu lieu en septembre 1961 à Oujda opposant le Maroc à la Libye (6/0) et le second en 1979, toujours dans la même ville, où le Maroc a disputé une rencontre avec le Sporting Club Bastia (1/1).

    Et ce n'est que ce vendredi 11 octobre 2019 que le prodige va enfin se reproduire. D'abord au complexe sportif d’Oujda, où le premier match mettra aux prises la sélection nationale A avec son homologue libyenne. Cette rencontre est programmée dans le cadre d’un stage de préparation aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021. De son côté, le stade municipal de Berkane abritera (19 octobre) le match retour de l’équipe nationale locale et l’équipe algérienne dans un match comptant pour les éliminatoires du CHAN 2020.

    Le public est, lui, tout excité par cette rencontre. Maillots de l'équipe nationale et drapeaux se vendent à tous les coins de rue, et 3 jours avant la rencontre, les billets étaient déjà épuisés. Certains se vendaient au marché noir au triple, voire au quadruple de leur prix initial (300 DH au lieu de 100, 120 DH au lieu de 30...). Une anarchie qui risque de perturber le déroulement de la rencontre, et sur laquelle la persuasion des forces de l'ordre est attendue.

    De leur côté, les ultras, tout à leur joie, s'activent. Ils préparent tifos en 3D, animations colorées et chants de soutien aux Lions de l’Atlas. D’autres supporters, aussi emportés par la liesse, suggèrent à la FRMF de programmer d’autres rencontres de l’équipe nationale (EN) à Oujda. «Il est temps que la fédération organise les rencontres de l’EN dans l’ensemble des villes du Royaume au lieu de se limiter à deux ou trois», confient-ils à L’Économiste.

    billet-oujda-011.jpg

    La rencontre sera jouée à guichets fermés. C’est ce qu’explique cette annonce affichée au stade municipal d’Oujda. Idem pour tous les points de vente, littéralement pris d’assaut  (Ph A.K)

    Bref, un match de foot qui se transforme en grande fête populaire au bonheur de tous. Ces manifestations internationales représentent aussi une véritable aubaine pour ces deux villes plutôt tranquilles, en manque d'activités, et dont l'image nécessite un sérieux coup de pouce. Elles pourraient se positionner dans les radars internationaux comme destinations sportives dotées d’importantes infrastructures en la matière.

    Pari pas encore gagné, sachant que si les équipements sont bel et bien finis, ils ne sont pas encore dimensionnés pour accueillir des compétitions internationales. A J-2, les responsables en étaient encore à livrer une course acharnée contre la montre pour équiper le complexe d’honneur d’Oujda de panneaux électroniques, d’un tableau d’affichage imposant, de bancs de remplaçants aux normes internationales et d’une piste homologuée. Et, et, et... de salles de conférence et de presse équipées aux standards exigés par la FIFA.

    Une mise à niveau qui nécessite un engagement supplémentaire de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et du ministère de la Jeunesse et Sports, alors que les travaux de réfection viennent à peine d'être achevés... (cf. notre édition N° 5601 du 26/09/2019).

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc