×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca/Circulation: Cafouillages à tous les niveaux

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5521 Le 22/05/2019 | Partager
    Travaux de voiries partout, un chantier à ciel ouvert
    Le flux de la circulation perturbé en heures de pointe
    casablanca-circulation-1-021.jpg

    La rue Mustapha El Maâni est traversée par des tranchées creusées par Lydec qui effectue des travaux sur les canalisations d’eau. Sur un tronçon (à partir du rond-point Mers Sultan vers Lalla Yacout), les travaux sur les trottoirs et la chaussée sont déjà terminés, mais la qualité des finitions laisse à désirer (Ph. F. Al Nasser)

    Circulation infernale à Casablanca. Certes, le mois de Ramadan enregistre souvent des pics de perturbations de trafic, mais cette année, la situation empire. «Lundi 20 mai, j’ai mis une heure et demie pour arriver chez moi, un trajet qui habituellement ne prend pas plus de 15 mn», témoigne un automobiliste.

    Sur des axes comme Zerktouni, Hassan II, El Massira … la circulation se bloque en heures de pointe (notamment vers 15 h). L’embouteillage est principalement dû aux horaires de sortie de bureaux, mais  les travaux sur les voiries menés un peu partout compliquent la situation.

    casablanca-circulation-2-021.jpg

    Le centre-ville s’est transformé en un véritable champ de bataille. La rue 11 Janvier est particulièrement anarchique
    (Ph. F. Al Nasser)

    Si la livraison de plusieurs chantiers (comme le pont à haubans, le Nœud A et plusieurs trémies) réduit l’ampleur des dégâts sur certains points noirs de la circulation (notamment à l’entrée de la ville), le problème se pose toujours avec acuité au centre-ville et sur l’autoroute urbaine.

    Outre les travaux de déviation de réseaux en préparation des futures lignes 3 et 4 du tramway, plusieurs chantiers de voiries sont menés parallèlement (My Youssef, Lalla Yacout, Paris, FAR, Rahal Meskini, Mustapha El Maâni, 11 Janvier, Mohamed Smiha…). Sans compter l’énorme chantier de la trémie Almohades (livrable fin 2019) qui entraîne une perturbation du trafic sur la zone du port, la gare Casa-Port, ancienne médina, marina, mosquée Hassan II, bd des FAR…

    Les travaux entamés en 2016 ne s’achèveront que fin 2021 selon le planning initial. Mais l’opération n’en est qu’à 35% de taux de réalisation. Il faudra donc s’attendre encore à des années de perturbations du trafic en perspective …

    Le budget alloué à l’opération est de l’ordre de 2,4 milliards de DH (entièrement financé par la DGCL). Au programme: réaménagement ou construction des chaussées, trottoirs et voies piétonnes, assainissement pluvial, éclairage public, mobilier urbain, signalisation… La commune urbaine de Casablanca a mandaté Casa Aménagement, qui endosse le rôle de maître d’ouvrage délégué.

    casablanca-circulation-3-021.jpg

    Le boulevard Lalla Yacout et son prolongement boulevard de Paris sont également concernés par les travaux menés depuis plusieurs mois sur les grandes artères du centre-ville (Ph. F. Al Nasser)

    Mais cette SDL n’est pas la seule à mener des travaux sur les voiries de la capitale économique. D’autres intervenants (comme la commune, les arrondissements, Casa Transports, l’Equipement …) opèrent sur le même territoire.

    L’objectif est louable: la mise à niveau et le réaménagement des chaussées, trottoirs et squares des voiries de la ville de Casablanca en vue d’améliorer les conditions de circulation dans la ville. Mais la qualité du rendu laisse à désirer.

    L’un des exemples les plus édifiants est celui des rues Mustapha Maâni et 11 Janvier. Les travaux se sont éternisés pendant des mois et des mois avec des temps d’arrêt (dus probablement au départ de l’entreprise adjudicatrice). Au final, les travaux semblent bâclés et les finitions ne sont pas de qualité.

    Aziza EL AFFAS

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc