×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agriculture: L'effet Plan Maroc Vert

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5459 Le 22/02/2019 | Partager
    Augmentation nette du PIBA, de l'export, des investissements...
    Couverture de 42% des besoins en sucre
    540.000 ha équipés en irrigation localisée
    plan_maroc_vert_059.jpg

    Aujourd’hui, le Maroc commence à récolter les fruits de la stratégie mise en place par le Plan Maroc Vert. L'objectif est de permettre au pays de disposer d’une agriculture moderne à forte valeur ajoutée et, du même coup, permettre l’émergence d’une agriculture performante (Ph. L’Economiste)

    Grâce aux multiples subventions de l’Etat, le secteur agricole a enregistré, depuis le lancement du Plan Maroc Vert en 2008, une forte amélioration du revenu agricole et une nette augmentation du PIB agricole et des exportations. Les investissements qui ont sensiblement augmenté ont permis l’amélioration de la production des différentes filières.

    En fait, le Pilier I, dont l’objectif est de permettre au pays de disposer d’une agriculture moderne à forte valeur ajoutée, a du même coup engendré l’émergence d’une agriculture performante. Aujourd’hui, le pays commence à récolter les fruits de cette stratégie.

    En témoigne l’augmentation de 3%, à fin mars 2018, de la valeur des exportations du secteur agricole et de l’agroalimentaire. Soit 17,5 milliards de DH dont 9 milliards de DH de ventes à l’étranger de l’industrie agroalimentaire.

    Pour sa part, la valeur ajoutée du secteur agricole a connu une hausse sensible de 14,8% en 2017 due, entre autres, à l’excellente récolte céréalière enregistrée cette année.

    Cette bonne performance du secteur agricole est due également à la hausse de 52% de l’utilisation des semences certifiées pour atteindre 1,66 million de quintaux, indique la dernière note de conjoncture de la Direction du Trésor et des Finances extérieures (DTFE).

    Augmenter le recours et l’utilisation des semences sélectionnées est un objectif du Plan Maroc Vert. Ce dernier doit permettre d’arriver, d’ici 2020, à une utilisation de semences sélectionnées de 45% pour les céréales et la pomme de terre, de 100% pour la betterave, la canne à sucre et le tournesol et 10% pour les légumineuses alimentaires.

    Dans sa stratégie globale, le PMV implique tous les intervenants du secteur, notamment par le renforcement des investissements et une plus grande intégration de toutes les filières. Parmi les premiers résultats de cette stratégie, l’augmentation de 15% en 2017 de la production des agrumes. La filière a connu une augmentation des superficies et un rajeunissement des vergers.

    Idem pour la production des primeurs. Celle-ci s’est améliorée de 5%, engendrant du même coup une augmentation de l’ordre de 11% des exportations des produits agricoles. Quant aux cultures sucrières, elles ont enregistré une progression de 1,2%, qui a eu pour effet immédiat d’assurer une couverture de 42% des besoins en sucre.

    La production oléicole n’est pas en reste. Au titre de la campagne 2017-2018, un volume record, estimé à 1,56 million de tonnes (en hausse de 47,8% par rapport à la campagne précédente), a été enregistré. En même temps, l’objectif d’un million d’hectares de  superficies consacrées aux oliviers a été dépassé.  D’ailleurs, 879.000 ha sont déjà productifs.

    Investissements

    A fin 2017 et depuis le lancement du Plan Maroc Vert en 2008, 75 milliards de DH d’investissements publics ont été mobilisés. De ce montant, 30 milliards de DH sont le fait de bailleurs de fonds. Ces investissements ont porté sur 1.782 projets. Près de 1,18 million de personnes en ont bénéficié. Ils ont ainsi permis l’amélioration des revenus ruraux de 68% et la création de 45 millions de journées de travail supplémentaires.

                                                                                

    Mécanisation, économie de l'eau...

    mecanisation-agriculture-059.jpg

    Sur le volet de la mécanisation des principales cultures céréalières, le nombre de tracteurs a connu, grâce aux subventions, une hausse significative de 60%, passant ainsi de 5 tracteurs pour 1.000 hectares en 2008 à 8 tracteurs pour 1.000 ha en 2018.

    Pour sa part, l’économie de l’eau a bénéficié d’une attention particulière. Les subventions du département de tutelle ont déjà permis d’équiper près de 540.000 hectares en irrigation localisée. L’objectif à l’horizon 2020 est d’arriver à 550.000 hectares. Le volume prévisionnel d’économie de l’eau devrait atteindre 950.000 millions de m3.

    Quant aux subventions accordées dans le cadre du Pilier II, pour le  soutien de l’agriculture solidaire et rémunératrice destinée principalement aux femmes rurales, elles ont permis la création d’un grand nombre de coopératives:  1.779 dans différentes filières agricoles. Elles regroupent  quelque 32.126 femmes en 2017.

    Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc