Régions

Fès accueille le Congrès du dialogue des cultures

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5346 Le 07/09/2018 | Partager
Un évènement placé sous le haut patronage du Roi
140 personnalités du monde entier conviées du 11 au 13 septembre
Un prix Nobel attendu
faouzi-skali-046.jpg

«Médiation et médiatisation: propagande ou plaidoyer?». Ce sera le thème central de la rencontre. Le sujet sera développé par Faouzi Skali, docteur en anthropologie, ethnologie et sciences des religions, et conseiller à la Haute autorité de la communication audiovisuelle. Skali a également été chef de file pour le Maroc du projet-pilote de l’OIF, sur la lutte contre les discours de haine dans les médias audiovisuels (Ph. YSA)

«Il nous faut retrouver le sens et le respect de l’histoire, de notre histoire même si elle nous met devant des réalités douloureuses». C’était l’une des principales conclusions de Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental français (CESE), au Congrès international sur le dialogue des cultures et des religions tenu à Fès en 2013.

Cinq ans plus tard, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), et l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) réitèrent l’expérience. Rendez-vous est pris à l’Université Euromed de Fès, du 11 au 13 septembre, pour une nouvelle conférence internationale du dialogue des cultures et des religions.

Placé sous le haut patronage du Roi, l’événement réunira quelque 140 personnalités d’Europe, du Canada, des Etats-Unis et d’Afrique. Ils débattront notamment de «La médiation et la médiatisation: propagande ou plaidoyer? Le cas des discours de haine». Une thématique qui sera développée par Faouzi Skali, docteur en anthropologie, ethnologie et sciences des religions, et conseiller à la Haute autorité de la communication audiovisuelle.

Les organisateurs annoncent également la présence d’un prix Nobel, ainsi que d’éminentes personnalités politiques et religieuses. Les participants analyseront, à la lumière des changements intervenant dans les relations internationales et des transitions politiques en cours, les avancées réalisées.

Mais aussi les risques et les contraintes qui se dressent contre le renforcement du dialogue des cultures et des religions. Les travaux aboutiront à l’élaboration d’un cadre d’action pour renforcer les conditions de réussite d’un tel dialogue, à travers des supports appropriés.

Le Congrès de Fès, c’est la consécration de la cohabitation, de la diversité, de la tolérance, du pluralisme, du respect et de l’amour, qui remplacent haine, peur, injustice et égoïsme intellectuel. Dans son message adressé aux participants du séminaire de 2013, le Souverain avait insisté sur cette «prise de conscience de notre destin commun, et de l’inéluctabilité du vivre ensemble, à l’abri de l’égoïsme, du fanatisme et de la haine aveugle».

Fès a toujours été un lieu d’échange et de dialogue. Elle sera de nouveau sous le feu des projecteurs de l’actualité internationale.o

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc