Régions

Saïdia surveillée par des drones

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5346 Le 07/09/2018 | Partager
Pour veiller sur la propreté de la ville et sur le respect des décisions communales
La destination veut redorer son image en s’appuyant sur les nouvelles technologies
Les commissions de contrôle sévissent
saidia-drone-046.jpg

La plage de Saïdia reste attractive même en septembre. Cette année, la saison estivale est prolongée. La corniche est soumise à des interventions quotidiennes pour assurer sa propreté et neutraliser le débordement des sable

Les saisons estivales se suivent et ne se ressemblent pas à Saïdia. Cet été, le programme officiel d’animation de la ville et d’activités parallèles se prolonge jusqu’au 30 septembre. Les campagnes permanentes, terrestres et aériennes, de lutte contre l’invasion des moustiques, sont toujours en cours pour assurer la quiétude des estivants.

S’y ajoutent des investigations continues pour détecter les nuisances causées délibérément par des chantiers de construction. Les fauteurs écopent de lourdes amendes et sont obligés de réparer les dégâts occasionnés.

D’autres actions de vigilance sont menées depuis début septembre, le long de la frontière avec l’Algérie, pour contrôler tous les points d’eau susceptibles d’être contaminés par le choléra. De son côté, la brigade de la propreté de la plage de Saïdia (maîtres-nageurs, agents d’autorité, protection civile, sûreté nationale, forces auxiliaires...) est mobilisée pour encourager les estivants à prolonger leur séjour. La brigade pilote également les travaux de stabilisation du sable de la plage. Le but est de mettre fin au débordement du sable sur la corniche.

«La campagne estivale de cette année dénote de l’ambition des autorités locales de faire de Saïdia une ville belle et propre», a confié Mohamed Ali Habouha, gouverneur de la province de Berkane, lors de la dernière réunion du comité de pilotage, tenue mercredi dernier. Pour y arriver, un plan d’action est en vigueur depuis le 1er juillet. Il est suivi par sept commissions (domaine public maritime, propreté, hygiène et santé, circulation, animation, marchands ambulants, contrôle des prix).

Côté communication, une page Facebook, «Saïdia ville belle et propre», est mise en ligne pour interagir avec les habitants et estivants.

Le plan vise aussi l’organisation du domaine public, la réorganisation des souks et marchands ambulants, la lutte contre les phénomènes portant atteinte à l’image de la ville (mendicité et agressions). Sans compter la révision du plan de circulation, le transfert des activités nautiques du jet-ski à la marina, la répartition des loueurs de parasols et pédalos en pâtés pour mettre fin à l’anarchie, le renforcement du dispositif de contrôle des prix et de la qualité des produits consommables… et la liste est encore longue.

Il est aussi question d’hygiène, de renforcement du dispositif sanitaire et de secours, de la libération du domaine public maritime occupé illégalement par les propriétaires des cafés et beach-clubs… La ville s’attaque là à tous les motifs de mécontentement des estivants et des habitants de ces dernières années. Elle travaille, en outre, sur la réouverture du palais du festival, après neuf ans de fermeture, ainsi que de la foire commerciale et d’animation, avec l’organisation de manifestations culturelles, artistiques et sportives.

Pour assurer un meilleur suivi à ces actions, la ville est contrôlée par des drones. Ce recours aux nouvelles technologies facilite la détection des points noirs, et le non-respect des décisions municipales. C’est le cas pour le plan d’action de nettoiement, appuyé par un système d’information géographique pour localiser les bacs à ordures et leurs emplacements. Idem pour l’organisation commerciale et l’occupation des espaces publics et maritimes. Les manquements sont soumis en temps réel à la société délégataire.

Les commissions de contrôle, quant à elles, sévissent quand il le faut. Selon la province de Berkane, durant la saison estivale, 125 charrettes, 23 jet-ski, 10 pédalos et 750 kg de produits consommables ont été saisis. Quelque 286 mendiants (dont 121 femmes) ont, par ailleurs, été interpellés.

«Maklati», un nouveau concept fast-food populaire

maklati_046.jpg

La foire commerciale de la ville accueille une nouvelle enseigne de restauration baptisée «Maklati». Ce concept original de fast-food populaire offre toutes les conditions de confort et d’hygiène. Réalisé dans le cadre de l’INDH, il est porté par l’Association provinciale de développement des espaces publics.
Regroupant dans un même lieu 34 restaurateurs, cette plateforme mobile est contrôlée quotidiennement par le service d’hygiène, qui veille sur la traçabilité des aliments et l’affichage des prix. Les restaurateurs sont obligés de s’approvisionner auprès des fournisseurs de viande agréés par le ministère de la Santé. Le projet a permis la création d’une centaine d’emplois.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc