Economie

Préscolaire: Le plan d’Amzazi

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5316 Le 17/07/2018 | Partager
Les détails du programme de généralisation dévoilés ce mercredi à Skhirat
4.000 salles prévues pour la rentrée scolaire 2018-2019, soit 100.000 enfants de plus
L’abandon scolaire continue de faire des ravages au collège

L’ouverture, hier, des travaux de la 14e session du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a été une occasion pour Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de faire le point sur l’avancement des principaux chantiers de mise en œuvre de la vision stratégique de la réforme. 
Des efforts ont été déployés en matière de généralisation de la scolarisation qui a atteint un taux de 99,5% au niveau du primaire et 89,7% au collège. En revanche, les scores affichés par les lycées sont moins «performants», soit à peine 65,8%. «Un taux que l’on peut difficilement augmenter pour l’heure en raison de l’abandon scolaire après le collège même si l’obligation de scolarisation vise les jeunes âgés de 6 à 15 ans», explique le ministre. A ce titre, il rappelle que le taux d’abandon scolaire reste le plus élevé au niveau du collège, soit plus de 12% contre 1,1% dans le primaire et 10,15% au lycée. 
Amzazi s’est également arrêté sur le taux de redoublement qui, selon lui, constitue l’un des indicateurs principaux pour l’évaluation de la qualité de la scolarisation. 
La situation reste inquiétante au niveau du collège avec un taux de redoublement de 22,8%, 14,4% au lycée et plus de 12% au primaire. En ce qui concerne l’évolution du nombre des élèves, on enregistre un accroissement de 15% durant la dernière décennie pour atteindre près de 7 millions d’élèves dont 62% au primaire et 24% dans le collège. En matière d’infrastructures, on compte 16.285 établissements scolaires dont 10.905 unités appartenant au secteur public sans oublier 13.104 écoles satellites. De son côté, l’effectif avoisine 264.000 fonctionnaires dont 83% d’enseignants. Profitant de l’occasion, Amzazi a rappelé les grandes lignes du programme national de généralisation du préscolaire qui sera présenté mercredi prochain à Skhirat. Actuellement, le taux de scolarisation national avoisine 50% qui passe à 35,2% dans le monde rural avec seulement un taux de 27% pour les filles. D’après la répartition par type d’enseignement, on constate la dominance du préscolaire traditionnel avec une part de 63%, alors que le reste est partagé entre le public (13%) et le préscolaire moderne. Une situation qui justifie de l’importance du lancement de ce programme qui vise à généraliser le préscolaire à l’horizon 2027-2028. 
La réalisation de cet objectif va nécessiter de nouveaux partenaires, afin d’ouvrir des classes en dehors des écoles publiques. Aussi, ce ne sont pas moins de 4.000 salles qui sont prévues pour la prochaine rentrée scolaire 2018-2019, ce qui va permettre d’accueillir près de 100.000 enfants supplémentaires. 
A l’horizon 2021-2022, des classes de préscolaire sont programmées dans toutes les écoles primaires. Une opération qui sera accompagnée par la réhabilitation des espaces du préscolaire traditionnel avec pour objectif d’atteindre un taux global de 67%.

30 milliards de DH pour le préscolaire

Le programme national de généralisation du préscolaire nécessitera un budget de près de 30 milliards de DH durant les dix prochaines années. Une partie de cette enveloppe sera consacrée à la formation de 28.000 éducateurs et éducatrices et 950 référents pédagogiques. A cela s’ajoute l’amélioration des compétences de 27.000 autres éducateurs. Au menu également, la réhabilitation des espaces dédiés au préscolaire traditionnel qui accueille actuellement plus de 460.000 enfants. 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc