×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech: Ses deux-roues «durables» toujours sur les rails

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5301 Le 26/06/2018 | Partager
    Région, conseil communal, EBF, Allianz… des partenariats se tissent
    Autour du projet Marrakech Green Bike
    Yadea, le spécialiste chinois des deux-roues électriques, approché
    moto-deux-roues-001.jpg

    Via Allianz, une délégation marocaine a été invitée en Chine pour rencontrer Yadea, le spécialiste mondial des deux-roues électriques. L’objectif est de faire de Marrakech la plus importante plateforme africaine dédiée à l’industrie de la mobilité durable (Ph. Yadea)

    Après le bus électrique, c’est au tour des 2 et 3 roues de se vouloir durables. La commune de Marrakech poursuivant sa route vers le développement de projets écologiques. Mais plutôt que de laisser le sujet entre les seules mains d’industriels, les start-ups ont été impliquées.

    C’est ainsi qu’en novembre 2017, un hackathon, initié par la fondation EBF en partenariat avec la région et le conseil communal, a permis de sélectionner quelques bonnes idées comme celle de Peps Meca et de son moteur 2 temps à hydrogène, celle de transformer les C90 à l’électrique que l’on doit à la startup de l’université Cadi Ayyad, et enfin celle du casque connecté Casky (voir L’Economiste du 15/12/2017).

    Ces projets sont actuellement en cours de développement. Suite à cet événement, un premier partenariat stratégique a été officiellement lancé fin mai avec le groupe international d'assurance Allianz. Il s’agit de s’appuyer sur l’exemple précédemment porté par la multinationale à Manille aux Philippines, qui a vu ses taxis Jeepney convertis en électrique.

    Via Allianz, une délégation marocaine a été invitée en Chine pour rencontrer Yadea, le spécialiste mondial des deux-roues électriques. L’objectif étant de faire de Marrakech la plus importante plateforme africaine dédiée à l’industrie de la mobilité durable. La ville pouvant ainsi devenir une vitrine et un modèle international sur ce sujet.

    Réunissant Allianz, l’opérateur industriel chinois et le groupe industriel marocain Impérium Holding, le projet Marrakech Green Bike est donc sur les rails afin de travailler à l’installation dans la région d’un écosystème industriel dédié à la construction et à la commercialisation des véhicules durables. Si dans un premier temps, il est prévu d’importer les deux-roues électriques en kits, il s’agira ensuite de faire venir Yadea au Maroc pour le développement de ces industries «green».

    Car rappelons que le filon a beaucoup d’atouts. La ville se devant de miser sur les industries propres et créatives, pour ne pas laisser tous ses œufs dans le seul panier de l’industrie du tourisme. En plus de ces potentielles et nombreuses créations d’emplois, la préservation de l’environnement est forcément un argument de poids.

    Avec plus de 240.000 motos actuellement en circulation, une pollution atmosphérique croissante, la région Marrakech-Safi se donne jusqu’à 2040 pour passer à un parc de deux-roues 100% durables.

    De notre correspondante permanente, Stéphanie JACOB

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc