International

La France tend la main à la Tunisie

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5201 Le 02/02/2018 | Partager
Un plan «d’urgence» de 50 millions d’euros sur trois ans
Il est destiné aux jeunes entrepreneurs
Tourisme, numérique, agro-alimentaire… des secteurs porteurs
macron_tunisie_001.jpg

 En plus du plan d’aide de 1,2 milliard d’euros sur la période 2016-2020, le président français Emmanuel Macron a annoncé la création d’un fonds de 50 millions d’euros sur trois ans destiné aux jeunes entrepreneurs créant de l’emploi (Ph. AFP)

Lors de sa visite en Tunisie, Emmanuel Macron a appelé jeudi 1er février les entreprises à revenir investir dans le pays du jasmin. L’objectif est de doubler les investissements français d’ici 2022 afin d’aider ce pays à relancer son économie, a précisé le président français en clôturant le forum économique Tunisie-France.

La France est le premier partenaire commercial de la Tunisie mais s’est fait prendre la première place de fournisseur par l’Italie en 2017, a regretté Macron. Il a notamment ciblé le tourisme, le numérique et l’agroalimentaire comme des secteurs porteurs. Les investissements français s’élèvent à 1,4 milliard d’euros au total. Plus de 1.300 entreprises françaises sont déjà implantées en Tunisie.

Le chef de l’Etat français, accompagné de plusieurs chefs d’entreprises a annoncé un premier plan «d’urgence» de 50 millions d’euros sur trois ans en faveur des jeunes entrepreneurs. 35% des jeunes diplômés tunisiens sont au chômage. Sur un autre registre, Macron n’a cessé d’insister sur la nécessité de soutenir le seul pays où le Printemps arabe de 2011 a fait naître la démocratie.

Le défi est de transformer ce printemps culturel et démocratique en printemps politique, économique et social. La tâche est immense, comme l’a montré la récente vague de protestations contre l’austérité et la vie chère qui a saisi plusieurs villes tunisiennes début janvier.

«La réussite tunisienne requiert davantage de coopération entre la Tunisie et ses amis français et européens», a déclaré pour sa part le président du Parlement, Mohamed Ennaceur, en appelant à convertir une partie plus importante de la dette tunisienne envers Paris en investissements. Ces appels à un soutien plus affirmé ont également été lancés par le président Béji Caïd Essebsi et les autres responsables tunisiens, notamment de la société civile.

D’autre part, le président français a exprimé sa volonté de redynamiser l’enseignement du français en Tunisie, où il a inauguré une antenne de l’Alliance française, la première depuis 60 ans. Macron a annoncé aussi la création d’une Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (Uftam), qui devrait délivrer à Tunis des diplômes de niveau français d’ici deux ans.

Le chef de l’Etat français devait quitter Tunis, hier en fin de journée, pour rejoindre le Sénégal où il effectuera une visite d’Etat de deux jours.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc