×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Comptes consolidés: L’OCP a anticipé l’obligation des IFRS

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5009 Le 24/04/2017 | Partager
L’entreprise a adopté le référentiel sans y être tenue
Plus d’une trentaine de comptes sociaux à consolider

Le groupe OCP n’y était pas obligé, pourtant il a opté pour la norme IFRS depuis 2009 avec la date du 1er janvier 2008 comme point de transition. Le groupe représente un cas d’école en matière de reporting financier. Le phosphatier national compte 37 filiales spécialisées dans l’extraction, l’exploitation, le service, le trading, etc. Le périmètre de consolidation concerne une trentaine de sociétés dont une vingtaine à travers le monde et une dizaine en Afrique, rattachées à OCP Africa.

«Nous produisons nos comptes selon les deux référentiels marocain et IFRS. Pour la norme marocaine, nous nous appuyons sur l'avis n°5 du Conseil national de la comptabilité (CNC) du 26 mai 2005, qui nous donne la possibilité de présenter les comptes consolidés soit aux IFRS, soit aux normes locales. Le groupe a opté dès 2006 pour la norme nationale», explique Hanane Kouiri, directrice comptable de l’OCP(1).

En 2014 et 2015, le groupe s’est orienté vers les marchés financiers internationaux pour lever les fonds nécessaires au financement de son programme d’investissement. Pour cela, le management a dû présenter sa stratégie, ses réalisations ainsi que ses comptes puis a commencé à échanger avec les analystes du secteur des phosphates et les investisseurs.

«Le groupe s’est ensuite engagé à pérenniser cette information et s’aligner sur les standards de qualité de ses pairs en termes de communication financière. Depuis, nous publions nos comptes avec une périodicité trimestrielle», rappelle la directrice comptable de l’OCP.

En 2016, le groupe a été amené à interagir avec l’Autorité marocaine du marché des capitaux sur la base de la norme IFRS suite à une émission obligataire nationale. L’OCP évolue progressivement vers le référentiel international du fait de la diversification de ses partenaires et de son développement à l’international.

D’où un décalage dans le processus de consolidation. Ainsi, le groupe produit ses comptes selon la norme IFRS sur une base trimestrielle et selon le référentiel national avec une périodicité semestrielle. A partir de 2016, l’entreprise décide de publier uniquement des comptes IFRS chaque trimestre et de publier dans la presse nationale le package financier complet avec une fréquence semestrielle. «Nous publions ainsi, tous les trimestres, une information financière de qualité à l’instar de nos concurrents», confirme Kouiri.

Au cours de sa mise en conformité, l’OCP a dû procéder à des réajustements avec la norme IFRS. Ainsi, il n’était pas concerné par l’IFRS 6, du fait que ses dépenses d’exploration ne sont pas très significatives. En revanche, il a été très impacté par la version 16 car il compte des immobilisations corporelles estimées à plusieurs centaines de milliards de DH.

Deux normes, deux objectifs

Chaque norme comptable utilisée par l’OCP répond à un objectif différent. Ainsi, les rapports établis selon le référentiel local sont d’abord destinés à l’actionnaire de référence, qui est l’Etat, ainsi que ses organes de gouvernance et de régulation et de suivi. En 2011, pour avoir fait appel public à l’épargne au niveau national, l’OCP a commencé à publier ses comptes dès 2012 sous le référentiel marocain avec une périodicité semestrielle.

------------------------------------------------------------
(1) C’était lors d’un séminaire organisé par le Centre des études doctorales de l’ISCAE et l’Association marocaine de comptabilité.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc