×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Le cauchemar des inondations, encore!

Par Ali ABJIOU - Ahlam NAZIH - - | Edition N°:4903 Le 23/11/2016
Partager
La ville submergée par les eaux après quelques heures de précipitations
Les averses ont mis à nu son point noir: les voiries
tanger_inondation_003.jpg

Les pluies qui se sont abattues sur Tanger lundi dernier ont inondé les voiries de la ville qui n’ont pas pu encaisser le volume des précipitations (Ph. AD)

La pluie est de retour, au grand bonheur des agriculteurs. Mais encore une fois, il aura suffi de quelques heures de précipitations pour que Tanger soit submergée par les eaux. Les averses qui ont démarré lundi dernier dans la matinée ont mis à nu le point noir de la ville, ses voiries. Malgré les récents investissements dans la mise à niveau des infrastructures, c’est à chaque fois le même scénario qui se répète. Plusieurs voies ont été inondées, en particulier la récente trémie inaugurée l’an dernier à Riad Tétouan.
De 6 h lundi 21 novembre à la même heure du mardi 22 novembre, la hauteur des eaux a atteint 72 millimètres, selon la direction de la Météorologie nationale. Soit le niveau le plus élevé, loin devant les autres villes (55 à Chaouen, 49 à Safi, 26 à El Jadida,…). Heureusement, aucun dégât majeur n’a été enregistré, si ce n’est le gel de la

inondation_tanger_003.jpg

Il aura fallu beaucoup de courage à ces automobilistes pour s’aventurer dans des eaux aussi profondes. Fort heureusement, aucun dégât majeur n’a été enregistré. Avec les précipitations annoncées jusqu’à la fin de la semaine en cours, la ville risque encore des inondations  (Ph. AD)

circulation. L’eau de pluie a fini par se résorber. Cependant, les précipitations devraient se maintenir. Le retour au beau temps n’est pas envisagé avant la fin de la semaine.
Tanger encourt encore le risque des fortes inondations qui l’ont paralysée les années précédentes. D’autant plus que la ville du détroit abrite trois oueds dont les débordements peuvent être lourds de conséquences (Moghogha, Souani et Lihoud). Le souvenir des inondations de 2008 (avec un record de 176 millimètres de pluie) et de 2009 est encore présent. En 2008, par exemple, des averses diluviennes avaient coûté cher à la zone industrielle complètement paralysée par les eaux. En 2009, la zone de Moghogha, à cause des réseaux d’assainissement  obstrués, ressemblait à une piscine géante d’environ 1,20 m de profondeur. Plusieurs unités industrielles avaient alors vu leur activité gelée. Le Maroc dispose bien d’un plan national de lutte contre les inondations qui concerne plus de 390 sites menacés, mais il y reste mal préparé. En matière de prévention des catastrophes naturelles, de manière générale, beaucoup reste à faire. La prévention demeure peu présente dans les politiques publiques et dans les plans communaux de développement. D’où l’urgence d’actions de sensibilisation des élus à la nécessité d’agir en amont.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc