×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Naissance d’un géant universitaire dans le Nord

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4902 Le 22/11/2016 | Partager
Avec la nouvelle carte régionale, les établissements d’Al Hoceïma intègrent l’université de Tanger
Près de 83.000 étudiants accueillis
La gouvernance, premier casse-tête!
universite_nord_002.jpg

La faculté de médecine et de pharmacie de Tanger est actuellement en construction sur 10 ha. En attendant la réception des locaux, une première promotion de 100 étudiants est accueillie à l’Ensa de Tanger (Ph. Adam)

L’université Abdelmalek Essaâdi entame une rentrée universitaire très particulière. Il s’agit, en effet, de la première dans le cadre de la régionalisation avancée, avec un territoire élargi après la fusion de Tanger-Tétouan et Taza-Al Hoceïma. Avec cette union, tous les établissements de Taza-Al Hoceïma sont désormais rattachés à l’université Abdelmalek Essaâdi. «Cela implique une augmentation du nombre de bacheliers à qui il faudra trouver une place, mais aussi l’intégration d’établissements universitaires, comme la FST et l’ENSA d’Al Hoceïma, à Abdelmalek Essaâdi», explique Houdaifa Ameziane, président de l’université.
L’opération a donné naissance à un nouveau géant public de la formation universitaire. Cette année 2016-2017, près de 83.000 étudiants ont été accueillis. 17.000 nouvelles inscriptions ont été enregistrées, dont 2.800 uniquement pour Al Hoceïma. Le nombre de filières est monté à 196.
De nombreux défis se posent aujourd’hui. L’un des plus importants pour Abdelmalek Essaâdi est celui de la gouvernance. L’institution se trouve étalée sur un large territoire avec des sites sur
5 villes: Tétouan Martil, Tanger, Larache et Al Hoceïma, avec la nécessité de procéder à des extensions et des investissements pour augmenter la capacité d’accueil. Il y a aussi lieu de développer les systèmes d’information et de faciliter la circulation des données et de l’information entre les différents sites. Un domaine dans lequel s’active Abdelmalek Essaâdi avec un environnement numérique qu’il faudra partager avec les nouveaux établissements qui la rejoignent.
«S’ajoute à cela l’évolution économique que connaît la région, avec de grands chantiers structurants qui interpellent l’université et ses différents facultés et établissements», souligne Ameziane. Le développement industriel et celui du marché du travail imposent de partir sur de nouvelles bases. L’entrée en lice d’un nouvel acteur, la Chine, a poussé, par exemple, l’université à envisager la construction d’un Institut Confucius pour l’apprentissage du mandarin. Un accord vient d’être signé entre l’université marocaine et sa consœur chinoise de Jiang Xi. En vertu de cet accord, des cours de langue chinoise seront lancés dans cet établissement en vue, entre autres objectifs, d’encourager les recherches dans le domaine de l’enseignement en Chine.

Une faculté de médecine, une première!

filiere_universite_nord_002.jpg

Le nombre des filières a pratiquement été multiplié par 3 depuis 2003. La part de celles professionnalisantes, quant à elle, est passée de 43% à près de 70% de l’offre globale

Une des principales nouveautés de cette rentrée, l’ouverture de la faculté de médecine et de pharmacie de Tanger. Ce projet, intégrant  une faculté de médecine aux standards internationaux et un CHU, constitue une première dans la région qui en était dépourvue.
Les locaux sont en construction sur une superficie de 10 ha à proximité du Centre d’oncologie Lalla Selma et du futur CHU, également en chantier. Mais pas question de perdre du temps. En attendant, la faculté de médecine et de pharmacie a accueilli sa première promotion pour la rentrée 2016/2017 au campus de l’Ensa de Tanger, au quartier Ziaten.
Afin de faciliter l’inscription des bacheliers, une application informatique a été développée par les étudiants ingénieurs de l’université.
Seuls les élèves issus des délégations de Tanger-Asilah, Fahs-Anjra, Tétouan, Mdiq, Fnideq et Larache ont le droit de candidater, selon une circulaire ministérielle. Cette année, une centaine a été retenue, vu le nombre limité de places à la faculté. Ce chiffre sera revu à la hausse à la prochaine rentrée.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc