×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Le Mouvement populaire, un éternel parti d’appoint?

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4876 Le 14/10/2016 | Partager
maria_belafia_076.jpg

Me Maria Belafia, membre du Conseil national du Mouvement populaire (Ph. Bziouat)

Les tractations pour la formation du gouvernement Benkirane II vont bon train. Certains partis se positionnent pour arracher leur part du gâteau. D’autres sont toujours confinés dans un rôle de partis d’appoint. Me Maria Belafia, membre du Conseil national du Mouvement populaire, récuse cette vision.

- L’Economiste: Le résultat obtenu par le Mouvement populaire est en baisse depuis les quatre dernières élections. A quoi attribuez-vous ce recul?
- Me Maria Belafia:
Une telle lecture est erronée tant au regard de l’histoire, qu’au vu des chiffres. En effet, en comparaison avec les précédentes élections, le MP a stagné en nombre de sièges. Mais, paradoxalement, il a été propulsé au cinquième rang, au lieu du sixième, comme lors  des précédentes échéances électorales, c’est donc un progrès plus qu’un recul. C’est même un succès car ses électeurs ont voté par conviction.

- Mais ces résultats ne confirment-ils pas que vous resterez toujours un parti d’appoint?
- Un parti historique, quels que soient ses résultats, ne saurait jouer un rôle d’appoint. Ce serait une insulte à ses électeurs que d’accepter de jouer un tel rôle. Le MP est un parti pragmatique, qui place les intérêts de la nation, au dessus des considérations partisanes ou personnelles.

- Comptez-vous entrer au gouvernement?
- Si des consultations sont en cours, cela signifie que le Mouvement populaire l’envisage. Sa participation sera fonction de l’opportunité qui lui sera offerte pour appliquer son programme électoral.
- Le MP a été pratiquement de tous les gouvernements depuis l’indépendance, mais il n’a jamais laissé d’empreinte de sa gestion des affaires.
- Participer à tous les gouvernements est précisément un signe de pragmatisme. Pour apprécier le rôle et la place du MP dans la gestion des affaires, il est nécessaire d’évaluer les politiques  publiques des gouvernements qui se sont succédé. Or, dans beaucoup de compartiments, ces politiques publiques ont été soutenues par des organismes internationaux sérieux et crédibles, c’est-à-dire que le MP a sa part dans ces succès.

- Dans un champ politique qui tend vers une bipolarisation entre le PJD et le PAM, le Mouvement populaire a-t-il encore sa place ?
- En parlant de bipolarisation, vous allez trop vite en besogne. L’émergence de deux partis ne signifie pas une polarisation recelant, pour chaque mouvance une cohorte de partis ayant les mêmes affinités idéologiques. Par conséquent, la question est plus d’ordre idéologique que mathématique. Dès lors, le MP a sa place, comme il l’a au sein de la société marocaine, particulièrement rurale.
- Mais l’ancrage historique du MP dans le monde rural n’est-il pas justement l’un des motifs de ses récents échecs?
- A l’analyse des résultats, seul le MP peut se targuer de constance et de stabilité. Loin d’être un «péché originel», l’ancrage rural, mais aussi péri-urbain, est un atout majeur qui révèle de manière éclatante, que dans les principes actifs de sa stratégie, le MP reste l’unique parti, qui tire le «Maroc d’en bas» vers la prospérité.

- La défection de Lahcen Haddad pour rejoindre l’Istiqlal ne doit-elle pas être considérée comme de l’opportunisme politique?
- Ce sont plutôt des symptômes révélateurs d’une certaine perversité politique apparus chez un transfuge qui, naguère, n’avait aucune existence politique, mais que le MP a vite révélé. Dès lors, si en politique l’opportunisme est une vertu, il n’en reste pas moins que les comportements contre-nature constituent de graves vices.
Propos recueillis par Hassan EL ARIF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc