×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:4864 Le 27/09/2016 | Partager

    ■ Alep: Le ton monte entre Russes et Occidentaux
    Hier, le Conseil de sécurité s’est rassemblé pour faire le point sur la situation chaotique régnant à Alep, en Syrie. La trêve décrétée le 9 septembre a été interrompue par la destruction de véhicules humanitaires lundi dernier. La partie Est de la ville, tenue par les insurgés, a été intensément bombardée par les avions russo-syriens. La population civile souffre également d’un accès très difficile à l’eau, aux soins et aux vivres. Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, se défend de combattre les groupes terroristes armés par les Occidentaux. En face, l’ambassadrice américaine Samantha Power a eu des mots forts: «Ce que la Russie soutient et fait (à Alep), ce n’est pas de la lutte anti-terroriste; c’est de la barbarie».  Les Etats-Unis,  le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Italie jugent la Russie responsable de la reprise des affrontements.

    ■ Colombie: La page de la guerre civile est définitivement tournée
    Le lundi 26 septembre 2016 marque d’une pierre blanche les quatre années de processus de paix qui ont mis fin à une cinquantaine d’années de guerre civile. La rencontre symbolique sur le sol colombien, à Carthagène, vient entériner les Accords de La Havane. La guerre civile opposant les FARC au gouvernement colombien aura laissé un lourd bilan: elle aura causé 220.000 morts, 40.000 disparitions et de nombreux déplacements forcés. Quelques critiques adressées aux conditions de paix ne vont pas ternir la volonté unanime d’engager une paix durable. Les guérilleros s’apprêtent à prendre part au processus de démilitarisation. Le chef négociateur des FARC, Ivan Marquez, a déclaré que «la guerre est terminée».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc