×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les chefs d'entreprise dans l'attentisme

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4859 Le 20/09/2016 | Partager
    43% des patrons anticipent une stabilité de la production dans l'industrie
    Hausse prévue dans les mines et l'énergie
    chef_dentreprises_059.jpg

     Dans l'industrie 30% des patrons anticipent une baisse de l'activité. Une stabilité est en revanche attendue dans l'industrie environnementale

    En attendant des mesures de relance, les appréciations de la conjoncture par les chefs d'entreprise restent contrastées pour ne pas dire pessimistes. Un climat d'attentisme prévaut à l'approche des élections législatives. Les entreprises semblent frileuses et certaines confient en off, le manque de visibilité.
    L'industrie, qui devrait jouer le rôle de locomotive d'un modèle économique qui s'essouffle, prévoit une stagnation au troisième trimestre. C'est le pronostic de plus de 4 patrons sur dix. La hausse de l’activité au niveau des «industries alimentaires» et de la «fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines et des équipements» sera contrebalancée par un recul de la branche «fabrication d'autres produits minéraux non métalliques». En revanche, 30% des chefs d'entreprise du secteur s'attendent à une baisse de l'activité.
    Sur l'emploi, un indicateur clé,  25% des chefs d’entreprises prévoient une hausse des effectifs alors que le tiers anticipe  une baisse!
    Le taux d'utilisation de la capacité productive dans l'industrie s'est établi à 72% au deuxième trimestre avec un carnet de commandes jugé normal par 55% des chefs d'entreprise alors que 31% ont estimé qu'ils étaient peu garnis. Durant cette période, la production industrielle s'est accrue pour 44% des patrons et baissé pour 28% d'entre eux.
    Dans les mines, la majorité des dirigeants s'attendent à une  hausse de l'activité en raison d'une amélioration de la production des phosphates mais qui s'accompagnera d'une stabilité de l'emploi.
    Dans l'industrie énergétique, les trois quarts des chefs d'entreprises sondés par le haut Commissariat au Plan misent sur une augmentation de la production en particulier sous l'effet d'une amélioration de la «production et distribution d’électricité et du gaz». Cela s'accompagnera néanmoins d'une  stagnation de l’industrie environnementale, en particulier les activités du «captage, traitement et distribution d’eau». L’emploi pourrait reprendre, selon la majorité des patrons du secteur énergétique et plus des trois quarts des chefs d’entreprises du secteur environnemental.
    Dans la construction, en difficulté depuis trois ans, les chefs d'entreprises prévoient une stabilité de l'activité. La hausse au niveau des «travaux de construction spécialisés» serait contrebalancée par la baisse de l'activité des activités des branches de la «construction de bâtiments» et de «génie civil». L'emploi connaitra aussi une quasi-stabilité dans ce secteur qui a enregistré, selon 34% des patrons, une hausse au deuxième trimestre. Les carnets de commande ont été jugés normaux  par 2/3 des patrons et peu garnis par 33% d’entre eux.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc