×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Régions

Tourisme/Oriental
«La saisonnalité est un enjeu majeur»

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4853 Le 08/09/2016 | Partager
abderrafie_zouitene_053.jpg

Le directeur de l’ONMT prévoit des partenariats avec les institutions bancaires pour proposer à leurs clients des offres d’hébergement à tarifs préférentiels  (Ph. A.K)

Dans cet entretien, Abderrafie Zouitene, DG de l’Office national marocain du tourisme, énumère les actions à entreprendre pour booster l’activité touristique dans l’Oriental

- L’Economiste: Vous vous êtes engagé  avec le Conseil régional de l’Oriental pour redorer le blason d’une destination en quête de l'attractivité. Quel est votre plan d’action?
- Abderrafie Zouitene:
C’est un partenariat pour booster l’activité touristique d’une région qui accueille 1,5 million d’arrivées dont 88% de ressortissants marocains résidant à l’étranger. L’ambition est de doubler ce chiffre au cours des quatre prochaines années. En plus de l’effort à consentir pour intéresser une clientèle internationale qui ne représente que 12% des visiteurs de la région, on ciblera le tourisme interne via des structures d’hébergement adaptées aux habitudes de voyages des familles marocaines  tout en  mobilisant les agences de voyages pour confectionner des packages à prix compétitifs. Il faut aussi lancer des campagnes de communication pour valoriser les activités touristiques adaptées (randonnées, équitation, golf, spéléologie, navigation…). En parallèle,  démarcher les sociétés savantes, les associations professionnelles et les entreprises pour encourager l’activité meetings & events.  

- Comment promouvoir ces ambitions?
- Puisque l’offre sera consistante à partir de 2017 (nouveaux hôtels, nouvelles ouvertures aériennes, offre variée, etc.), la communication se fera à partir des produits qui existent. Cela facilitera notre tâche pour communiquer autour de programmes spéciaux en recourant aux différents médias, réseaux communautaires et campagnes de marketing direct. En parallèle, nous projetons le lancement d’une communication événementielle destinée aux prescripteurs (agents de voyage et journalistes) et d’une commercialisation des produits «co-brandés» avec les tour-opérateurs.

- Quid de la basse saison?
- Etendre la saisonnalité est un enjeu majeur qui nécessite une meilleure coordination de l’ensemble des intervenants. Le but du plan d’action est d’étendre la commercialisation de la destination sur une période plus longue en proposant des tarifs très compétitifs  en dehors des périodes de forte affluence. Outre le tourisme interne qui reste à développer même s’il représente 54% en termes de nuitées, il est indispensable de développer les partenariats avec les tour-opérateurs  classiques sur les marchés portugais, russe et de l’Europe de l’Est dans le but de programmer les charters nécessaires à cette opération. Pour l’Espagne et la France, on consolidera la distribution à travers les agences de voyages en ligne et les intermédiaires (Expedia, Lastminute, Opodo..) dans le cadre de partenariats ad hoc.

Propos recueillis par
Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc