×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Règles

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5036 Le 01/06/2017 | Partager
mohamed_benabid.jpg

Toujours plus. Le secteur financier continue de subir un double diktat: celui des exigences d’un interminable dispositif prudentiel et celui d’une gymnastique d’harmonisation comptable.  D’abord le dispositif prudentiel. Quelle que soit leur solidité, les banques  doivent continuellement rendre des comptes sur leur capacité à faire face à la montée du risque.

A en juger par les préparations autour de la norme IFRS 9 (cf. notre édition du mercredi 31 mai), la pression remonte. Le  basculement du modèle des pertes avérées, avec des banques qui provisionnaient jusque-là la créance impayée au moment où le sinistre se produit, vers celui du modèle des pertes potentielles est un changement majeur. Il aura des conséquences à la fois sur les marges de solvabilité et l’effort de provisionnement.

Les autorités de régulation doivent s’assurer que l’implémentation se fasse avec le moins de dégâts possibles et idéalement de manière progressive.  Le pire scénario serait de basculer vers une architecture qui intègre de manière excessive la volatilité du marché.

Ensuite l’harmonisation comptable. Le Maroc subit comme de nombreux autres pays une logique à sens unique, celle des fatwas de l’IASB, la puissante organisation de production normative, à forte dominance anglo-saxonne. Elle est au cœur d’enjeux d’hégémonie économique et politique  entre superpuissances. 

L’un des principaux reproches porte ici sur la qualité de la jurisprudence rendue, sa neutralité, lorsque celle-ci ne vaut que pour le reste du monde mais pas pour les Etats-Unis qui appliquent leur propre référentiel! Au-delà, tout l’enjeu  est d’arriver à caler les arbitrages rendus sur ceux des usagers, entreprises et investisseurs et aux contextes qui vont subir ces normes. L’idéal serait même d’anticiper ces règles en amont.

Le Maroc a accumulé plusieurs années de pratiques d’IFRS.  En petit poucet économique, peut-il un jour arriver à faire entendre sa minuscule voix au sein de l’IASB… Rêvons.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc