×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Oups!

Par L'Economiste| Edition N°:3172 Le 17/12/2009 | Partager

C’est une jolie jeune dame, cadre aux Impôts, en public et au nom de son Administration: «Ce qui est désolant, c’est que nous n’avons aucune marge de manœuvre pour faire face à la baisse des recettes fiscales, nous sommes obligés de passer devant le Parlement». Oups!Ce qui est, vraiment, désolant, c’est qu’aucune sécurité, ni dans sa famille, ni dans son parcours scolaire, ni dans son administration, ni dans sa culture générale, aucune sécurité n’a fonctionné pour dire à cette charmante personne que son analyse est scandaleusement contraire à l’Etat de droit. Même durant les années de plomb, nul n’aurait osé imaginer se passer du Parlement pour créer des impôts. Ne serait-ce que pour la forme, il fallait aller devant le Parlement: c’est dire si les obligations de respecter les normes juridiques étaient impérieuses! Aujourd’hui, voilà que ces obligations s’évaporent. Ce qui, involontairement sans doute, crée les conditions d’un immense, d’un dramatique retour en arrière, par manque de culture civique.Cas insignifiant parce qu’isolé? Malheureusement non. Voilà notre ministre de la Communication qui se fâche parce qu’un mot a été employé à la place d’un autre et tente de «normaliser» tous les médias pour les ramener dans les années 60-70. Cette époque où, la pauvreté voulue de l’information avait efficacement contribué à fabriquer un Maroc complètement dépassé sur le plan technique, commercial, intellectuel, culturel… Aujourd’hui encore, on n’a pas fini de payer la facture de cette stratégie.Négociations avec l’Union européenne. Qui ouvre ses dossiers et montre ses ambitions? Les Européens, y compris et surtout les groupes de pression. En face, personne! Pour les départements de l’Agriculture, des Affaires étrangères… surtout ne rien dire aux citoyens marocains. Quel mépris pour les hommes et les femmes de ce pays! Quelle désinvolture criminelle à l’encontre des efforts de démocratisation!Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc