×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Mobilisation

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4901 Le 21/11/2016 | Partager
    benbabid_edito.jpg

    Une tâche difficile que de mettre tout le monde d’accord autour du climat. Comme pour les autres conférences mondiales, Marrakech confirme la règle. Ce rendez-vous a eu ses moments forts et ses déceptions aussi.
    Les moments forts sont ceux de l’organisation, de la multiplication d’initiatives non étatiques et de la plus grande mobilisation des pays du Sud. Le Maroc a déjà pris la voie des investissements en infrastructure favorables au climat. En multipliant les opérations green bonds, les banques marocaines tout particulièrement semblent avoir intégré la composante climat dans leurs stratégies de développement. Au-delà des architectures institutionnelles, le défi est aussi de disséminer les bonnes pratiques pour en faire, auprès des différentes parties prenantes, un échafaudage pivot pour les stratégies de développement.
    Les déceptions sont celles de l’incapacité à aller plus vite. Marrakech ne pouvait à ce titre faire mieux que Paris. Pour se rassurer, il faut tenir compte du rythme d’avancée, en crabe, caractéristique des négociations autour du climat. Ces discussions ont connu des fortunes diverses entre les promesses de Kyoto et les ratés de Copenhague. La difficulté récurrente étant celle de l’incapacité à trouver des accords juridiquement contraignants. Et à ce titre, les timides assurances américaines n’ont pas permis de lever les incertitudes, même si ce sont les Etats-Unis, en dépit du climat de scepticisme qui a enflé avec l’arrivée de Trump, qui ont fourni un document de référence pour réduire leurs émissions de 80% en 2050. Et puis il y a le financement. Pour se rassurer (ou au contraire pour douter), il suffit de rappeler qu’en 26 ans de négociations, les pays développés les plus émetteurs de gaz à effet de serre (GES) ont toujours été timides. Rien qu’à Copenhague, ils s’étaient engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an jusqu’à 2020 pour accompagner les pays en développement. Nous sommes loin du compte mais il ne faut pas céder sur la mobilisation.

     

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc