×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Légitimité

    Par L'Economiste| Edition N°:4064 Le 01/07/2013 | Partager

    C'est le genre de crise qui interpelle sur la manière de faire de la politique. Les semaines qui viennent permettront en effet de mesurer la détermination du gouvernement sur la question de la compensation et surtout d’évaluer sa volonté d’en finir avec la stratégie du guichet ouvert.
    Les lois de l’économie  ne sont bien entendu pas celles de la politique. Le fait d’annoncer une première mesure, le retour à l’indexation (cf. l’Economiste du 24 juin 2013), montre une plus grande lucidité et laisse croire que la situation semble avoir eu raison des hésitations. On peut toujours s’en féliciter et considérer, eu égard à la profondeur de la crise de la compensation (c’est un anachronisme que de qualifier encore d’urgente cette réforme), que c’est mieux que rien. Cette mesure, si elle voit le jour, a en plus le mérite de préparer le terrain au travail de perception, important sur ce genre de questions: montrer aux ménages que le retour à la vérité des prix peut être bénéfique, mais ne peut pas être indolore aussi lorsque les cours des matières repartent à la hausse.
    Le retour à l’indexation  n’est qu’une partie de l’échafaudage, on le sait. D’abord, il ne rassure pas assez sur ses répercussions sur le coût de la vie. Or, toutes les tentatives de réformes se heurteront fatalement ici à celle de l’inflation (7% de scénario extrême selon les simulations officielles). Ensuite, ce gouvernement doit confirmer que le montage retenu pour le ciblage n’a que des considérations économiques. Sans trop forcer son optimisme, cette réforme aura alors une légitimité historique.

    Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc