×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    La Koutla n'entre pas au Gouvernement. Le refus n'est pas motivé par des divergences relatives aux programmes, mais elle conteste le tiers élu au suffrage indirect. Cette attitude est curieuse, la Koutla n'a pas appelé les électeurs à voter Non lors du référendum constitutionnel; aussi bien l'Istiqlal que l'USFP ont présenté des candidats aux indirectes. Certains furent d'ailleurs élus.

    Les raisons profondes du refus sont donc à chercher ailleurs. SM Le Roi l'a laissé entendre lors de Son discours, des divergences profondes existent au sein de ces partis, ces divergences recoupent même des différences de générations. En tout état de cause, les prochains mois pourraient bien réserver des surprises.Ce qui est plus curieux encore, c'est la non-participation au Gouvernement du Wifac. Ayant la majorité au Parlement, il semblait tout naturel qu'il se retrouve aux commandes; il n'en sera rien.

    Nous avons donc un Gouvernement de technocrates dirigés par M. Karim Lamrani.La vie politique et parlementaire prend décidément une tournure surprenante et pour le moins atypique. Une Chambre des Représentants entièrement politisée et un Gouvernement qui ne s'exprime au nom d'aucun parti.

    Or, si l'on considère les prérogatives accrues de la Chambre des Représentants vis-à-vis de l'exécutif, la situation du Gouvernement risque d'être inconfortable.

    Nul ne l'épargnera; les groupes politiques pourront sans risque se faire les dents sur lui.

    A la Chambre, les débats chauds font partie de la vie parlementaire.

    Le Gouvernement devra avoir bien du courage, il risque de servir de "punching-ball" tant à la droite qu'à la gauche.

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc