×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:679 Le 11/01/2000 | Partager

Mesures discriminatoires, manquements à l'esprit des engagements mutuels... Les mots pour qualifier le système des certificats d'importation appliqué aux tomates marocaines en direction de l'Europe sont des mots durs.
Personne ne s'y trompe, pas même en Europe: les certificats d'importation sont des munitions remarquablement efficaces dans la guerre de pressions que se livrent l'Europe et le Maroc sur la question de l'accès aux ressources halieutiques du Royaume. Un ratio le montre: la totalité des tomates marocaines entrant en Europe ne dépasse guère le montant du simple accroissement de l'offre espagnole. Les différences de tailles sont sans appel. Elles démontrent que la capacité de perturbation des marchés qu'a la tomate du Maroc est très marginale. Le problème n'est donc pas un problème de tomate alors qu'en choisissant la tomate pour faire pression l'Europe va créer ex nihilo un vrai problème de tomate.
En face, la diplomatie économique marocaine cultive l'inaction. Elle y excelle: elle a plusieurs têtes à Rabat, un ministre et un commando de secrétaires d'Etat, mais elle n'a pas de voix, ni à Bruxelles, ni à Madrid. Pas d'ambassadeur, donc pas de force de conviction dans ces deux capitales pourtant essentielles dans le dispositif économique et politique du Royaume. Le Maroc y a des amis, aujourd'hui davantage qu'hier, qui pourraient, si Rabat leur faisait signe appuyer ses thèses. Mais notre diplomatie reste sur des concepts dépassés selon lesquels il faut étouffer les disputes commerciales entre alliés stratégiques, comme si personne au Maroc n'avait entendu parler des querelles franco-anglaises sur la viande ou des querelles entre la Belgique et le reste de l'Union sur la dioxine.
Nous ne sommes plus au XIXème siècle, mais Rabat ne l'a pas encore compris.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc