×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    Mariage des mineures: Hassan Daki situe les responsabilités

    Par L'Economiste| Le 13/04/2021 - 09:30 | Partager
    Mariage des mineures: Hassan Daki situe les responsabilités

    Les tribunaux enregistrent une augmentation de demandes d’autorisations de mariages des mineures. D'après les statistiques et rapports officiels, les tribunaux ont reçu, en 2019, quelque 27.623 demandes d’autorisations de mariages de mineures, selon le rapport de la Présidence du ministère public réalisé au titre de cette année.

    Cette situation alarmante a poussé le Procureur général du Roi près la Cour de Cassation, Président du Ministère Public, Moulay El Hassan Daki, à interpeller les tribunaux sur ce phénomène. « Si en tant que magistrats, nous ne sommes pas responsables des chiffres alarmants de demandes d’autorisations de mariages des mineures, un phénomène lié à plusieurs causes socioculturelles et économiques. En revanche, nous sommes responsables du nombre d’autorisations octroyées, ce qui nous interpellent tous, et nous imposent de ne pas vider cette autorisation législative exceptionnelle de son contenu », a-t-il dit lors de la cérémonie d’ouverture d’un atelier de coordination organisé, sur deux jours, par le Ministère Public autour de ce fléau.

    Hassan Daki a également indiqué qu’il appartient aussi aux magistrats de prendre en considération l’intérêt suprême de l’enfant, « d’autant plus que la situation interpelle tous les intervenants œuvrant dans le domaine de la protection des droits de l’enfant, à intensifier leurs efforts pour mettre fin à ce phénomène social ». Selon lui, les statistiques officielles « ne reflètent pas véritablement la réalité en raison, de cas de mariages de mineures passés inaperçus et non pris en compte officiellement, tels que les mariages coutumiers ».

    Daki a d’ailleurs appelé à adopter une approche participative destinée à lutter efficacement contre la déperdition scolaire, qui est en corrélation directe avec l’augmentation des cas de mariage des mineures.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc