×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Enjeux

    Par L'Economiste| Edition N°:804 Le 06/07/2000 | Partager

    AUJOURD'HUI, c'est le grand jour.Il n'y a que deux cas de figure possibles.Nous l'avons! Youpi! Trois fois, cent fois, youpi! Sortez drapeaux! Chantez youyou! Et vite terminons la fête pour se mettre au travail: il n'y a pas trop de six ans pour tout préparer et se mettre à niveau de la Coupe du Monde 2006. Quelques-uns disent même qu'il faut inventer le poste de Premier ministre adjoint et y mettre M. Benhima. Ce n'est pas une mauvaise idée.Nous ne l'avons pas. Misère! Malheur! Trente millions de bouches (moins celles de la trentaine de personnes qui étaient réellement au travail sur ce projet) expliqueront à soixante millions d'oreilles ce qu'elles auraient fait pour avoir à coup sûr l'organisation de la Coupe si l'on avait eu le bon sens de leur donner la responsabilité de présenter la candidature marocaine. La nature humaine est ainsi faite.Mais reprenons les choses par le bon bout. Que le Maroc ait ou n'ait pas cette organisation, quel était l'objectif premier? Il était de montrer que le Maroc peut l'avoir, qu'il est capable de se mettre lui-même dans la course.De quelle course s'agit-il? De construire une poignée de stades et de parkings pour aller avec? Certes, oui, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, car chacun sait qu'en plus des stades, il faut des hôtels, des routes, des restaurants, des téléphones, des hôpitaux... et que pour construire cela, il faut des engins de chantier, des usines, des commerces... et pour faire cela, il faut des banques dynamiques, des entrepreneurs entreprenants... et un Etat malin qui fonctionne bien. Cette course est le séduisant portrait du décollage économique qui réduira la pauvreté et le chômage.Si le Maroc a l'organisation de la Coupe, il faudra secouer les archaïsmes pour être fin prêt en 2006. Si le Maroc ne l'a pas, qu'est-ce qui nous empêche de secouer les archaïsmes qui nous font tant de mal aujourd'hui?Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc