×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Soft skills

Par Meriem OUDGHIRI| Edition N°:5925 Le 14/01/2021 | Partager
meriem-oudghiri.jpg

Couveuse, pépinière,... un éventail de termes pour une même définition: des révélateurs de talents et de compétences.

Les tendances actuelles de l’emploi font ressortir des secteurs clés comme l’offshoring, les IT, les banques ou encore l’automobile. Sur cette liste, un trublion pousse depuis quelques années ses pions: le call center. Dénigré, considéré comme un «bouche-trou» de l’emploi, il affiche aujourd’hui une santé insolente dans un contexte de crise.

Sur les tablettes des recruteurs, il surperforme et occupe le haut du podium des offres d’emploi. Mais ce n’est pas tout: face à un fort turn over, les call centers recrutent et forment jusqu’à devenir de véritables pépinières de compétences... pour d’autres secteurs.

Aujourd’hui et plus que jamais, le Maroc doit rassurer sur le risque RH, comme il le fait déjà pour le risque financier. Les investisseurs demandent de plus en plus de techniciens et du personnel qualifié, en quantité suffisante.

Alors, comment avec ces femmes et ces hommes créer de la compétitivité? Comment faire pour qu’ils deviennent de plus en plus des facteurs de croissance durable? Ces compétences dont il est question ne s’apprennent pas uniquement à l’école. «Obtenir un diplôme est un accomplissement, mais l’ensemble de nos talents et de nos capacités ne tiendra jamais sur un bout de papier», souligne à juste titre l’OCDE.

Elles reposent en fait sur la personnalité et les soft skills, mais aussi sur les capacités d’improvisation et d’innovation et de renouvellement permanents. L’adage le dit bien: il n’y a de richesses que d’hommes. Mais attention au diktat des théories et des formules toutes faites. A nous de décider ce que sera réellement notre «capital humain».

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc