×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Social

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5954 Le 24/02/2021 | Partager
    dr_mohamed_benabid.jpg

    Fnideq ne sera pas un hirak bis. Pour calmer la colère de la rue, les autorités ont fini par réagir, déployant les premiers dispositifs anti-chômage. Pourquoi ne pas l’avoir fait avant? Une réflexion qui risque de s’imposer, inévitablement, alimentée par une situation connue. Celle des dégâts de la crise Covid, doublée dans le cas d’espèce de la fermeture des frontières avec Sebta.

    C’est pourtant le genre de sujets où il faut éteindre le moindre soupçon de braise. Non pas que la région soit délaissée comme le laisse entendre la sagacité de médias espagnols plus ou moins bien intentionnés. Dès que des tensions sociales y éclatent, leurs premiers réflexes sont de surfer sur les particularités historiques du Rif.

    Parce que la vérité l’exige, il serait injuste de prétendre que l’Etat n’a rien tenté. Des batailles ont été gagnées en matière de désenclavement, d’équipements et même de lutte contre la pauvreté. Pour ne prendre que l’exemple de la pauvreté multidimensionnelle (qui ratisse plus large que la pauvreté monétaire en y incluant des services de base comme l’eau/électricité et l’assainissement, le logement, l’éducation, la santé...), celle-ci a été divisée par 4 entre 2004 et 2014 (monographie de la préfecture de M’diq-Fnideq, HCP 2018).

    Les fragilités doivent cependant rester sous surveillance. Fnideq traîne toujours cette réputation de village accro à la contrebande et ces scènes, d’un autre âge, de femmes-mulets sont inacceptables au regard des ambitions fixées pour le pays.

    Ce village a besoin d’une prise en main, idéalement industrielle,  qui soit de la même ampleur que celle déployée à 76 km à l’est, c’est-à-dire à Tanger. Pour ne pas se laisser confisquer un débat social à l’origine, la mobilisation doit conduire à  traquer ce qui reste comme points noirs.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc