×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Retraites

    Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5935 Le 28/01/2021 | Partager
    mohamed_chaoui_intern.jpg

    C'est devenu presque une «affaire d’Etat». Sous haute tension, le dossier de la liquidation des retraites des parlementaires s’est très vite envenimé.

    Alimentant les fantasmes, la polémique reprise par les réseaux sociaux est devenue virale et toxique. Son effet est dévastateur sur les parlementaires eux-mêmes qui ne veulent plus que leurs noms soient associés à ce thème.

    D’autant que le sujet fait référence à la morale, la probité, à toutes ces valeurs de devoir et de haute estime de la Nation et de surcroît dans un contexte de grande crise, marqué par des ressources financières rares et des souffrances des citoyens.

    Même les groupes parlementaires qui avaient trouvé une solution de sauvetage de la caisse de retraite des députés ont renoncé à leur projet. Pourtant, la réforme paramétrique retenue, sur la base d’une réduction du montant de la pension et une rallonge de l’âge de départ légal à la retraite, semblait viable. Elle aurait permis à la caisse de réaliser un équilibre financier lui assurant ainsi une pérennité. Dommage...

    Comme pour d’autres affaires, celle-ci a été encore une fois noyée par les surenchères politiciennes entre partis. Avec en bout de course, une image écornée et bien ternie des élus. Ce n’est pas tout à fait juste de dire que tous les parlementaires sont riches. Certains, qui viennent des Chambres professionnelles ou des syndicats, ne sont pas classés dans cette catégorie.

    La pandémie aurait été pour les partis politiques l’occasion rêvée de prendre un virage à 360 degrés. Mais apparemment, c’est raté.

    Au moment où le Roi appelle à la généralisation de la protection sociale, y compris celle des retraites, nos députés bottent toujours en touche.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc