×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Décomplexé

Par L'Economiste| Edition N°:1136 Le 02/11/2001 | Partager

Le monde a de nouvelles valeurs. Comment les institutionnaliser dans la vie internationale, dans la diplomatie de chaque pays? Il ne s'agit pas d'un changement de forme, mais d'un changement de fond. Le Maroc, même s'il est un petit pays dans le concert des nations, a déjà commencé ce changement de fond. C'est ce qui ressort des différentes prises de position de sa diplomatie depuis quelques mois, accentuées par les déclarations et discours de SM le Roi.D'abord en matière de droits de l'homme et de démocratie, éléments-phares des nouvelles valeurs, le Souverain souligne que cette hypothèque est maintenant levée. Il n'y a donc plus de raison objective pour que Rabat adopte un profil bas, pour qu'il évite systématiquement toutes les confrontations, risquant ainsi de céder trop facilement à toutes les pressions, y compris celles où les droits de l'homme et la démocratie ne sont que des prétextes pour obtenir des faveurs bien palpables. SM le Roi considère que rien ne justifie plus une attitude timorée et excessivement conciliatrice. Il en va ainsi de la désignation claire de l'Algérie dans l'affaire du Sahara marocain ou de la stigmatisation des mafias des deux côtés du Détroit dans le scandaleux trafic des migrants clandestins, ou encore de la réunion d'Agadir sur le terrorisme. Il en va aussi du rappel de l'ambassadeur à Madrid pour parvenir à un éclaircissement des positions espagnoles. En effet, dans la structuration des nouvelles valeurs, il n'est pas admissible que des groupes de pression, au nom de leur liberté d'expression, pèsent sur leur gouvernement démocratiquement désigné. Le travail serein de la COP7 à Marrakech, sur un sujet qui jusque-là attirait manifestations et émeutes, montre bien qu'il est possible de protéger la démocratie des “kidnappings intellectuels” qui peuvent se perpétrer au nom de la liberté. C'est donc une voie décomplexée qui est ouverte par la nouvelle politique étrangère.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc