×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Copains

Par L'Economiste| Edition N°:1504 Le 23/04/2003 | Partager

Et c'est reparti. Le gouvernement Jettou confirme son intention de modifier cette vieille loi qui oblige l'industrie pharmaceutique marocaine à financer des hommes de paille. Cela fait plus de vingt ans que, les uns derrière les autres, tous les gouvernements marocains marquent leur volonté politique constante et irréductible de supprimer cet héritage du Moyen Age des apothicaires, transmis à travers le droit de la colonisation: si vous voulez créer une usine pharmaceutique, vous devez commencer par acheter la signature d'un pharmacien. Cela s'appelle le "pharmacien responsable". Qu'il soit plus occupé à construire un hôtel de luxe grâce aux royalties qu'il touche que par ses charges de "pharmacien responsable" n'a pas d'importance: la loi marocaine continue de considérer que les médicaments sont produits, comme dans l'Europe du Moyen Age, un par un derrière le comptoir des apothicaires, lesquels, reconnaissons-le, n'ont pas existé sous cette forme au Maroc. Qu'importe, cette loi continue de s'appliquer comme s'il n'y avait jamais eu les deux cents ans d'industrialisation du médicament, à l'échelle mondiale. Soyons sérieux: quelles responsabilités scientifiques peut avoir un pharmacien isolé, face au gigantisme et à la sophistication de la recherche pharmaceutique? Même si ce pharmacien est consciencieux, il n'aurait pas assez de 24h par jour, seulement pour lire toutes les publications qui sortent quotidiennement sur sa branche! Alors de quelle responsabilité parle-t-on dans cette loi archaïque?En réalité, cette loi tellement contraire à la réalité maintient indûment autour du Maroc l'image d'un pays sauvage où il faut acheter des hommes de paille pour "protéger" un investissement. Il n'échappe à personne que le résultat de cet archaïsme est désastreux.Mais depuis un quart de siècle que toutes les autorités politiques veulent y mettre fin, rien ne change. Il y a toujours quelques forces obscures dans les tréfonds de l'administration pour s'opposer à la modernisation, qui ferait perdre ses royalties à une poignée de copains.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc