×
+ L'ÉDITO
Par Radia LAHLOU
Le 28/01/2022
Génie

Alléger le poids des cartables, mais bien remplir les têtes. La tâche de Benmoussa, ministre de l’...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Rédacteur en chef - L’Economiste
Mohamed Benabid est titulaire d'un double doctorat, en Sciences de gestion et en Sciences de l'information et de la Communication. Il est également lauréat de l'école de journalisme de Strasbourg (CUEJ). A côté de ses responsabilités éditoriales, il s'investit dans des activités d'enseignement et de recherche en tant que professeur affilié auprès de l'Université internationale de Rabat et de professeur associé auprès de l'ENCG Dakhla. Il est membre-expert et membre-fondateur de l'Institut marocain d'intelligence stratégique (Imis), membre du jury du prix de la recherche en intelligence économique en Afrique, membre du comité de rédaction de la revue académique Management & Innovation et membre de l'Association internationale pour la recherche sur les médias et la communication (IAMCR).

Edition N° 4737 | Le 25/03/2016
  Le mieux qui pouvait arriver à l’industrie pharmaceutique est qu’elle commence à se projeter à  travers le miroir du commerce et de l’industrie et un peu moins à  celui de la santé. Que l’on se rassure, le secteur ne va pas perdre son âme sur les spécificités de ses produits. Ce sera toujours des médecins et des pharmaciens qui seront au premier front pour la R&D, les  phases des...
Edition N° 4733 | Le 21/03/2016
  Tourisme, santé, transport, télécoms, avocats… l’ubérisation rattrape très rapidement tous les secteurs. Les bouleversements numériques font le bonheur des consommateurs, à qui la technologie et l’économie des plateformes font miroiter des perspectives de reprise du pouvoir, mais posent au passage des défis existentiels pour les acteurs historiques et les interpellent sur leur cœur de...
Edition N° 4733 | Le 21/03/2016
Hassan Ouriaghli, président de la SNI: «La dette financière nette de SNI SA a été ramenée à 7 milliards de dirhams aujourd’hui, soit un gearing  très raisonnable de 15%, ce qui laisse largement à la SNI les moyens d’investir à la fois dans de nouveaux projets et de soutenir le développement de ses participations existantes» (Ph. L’Economiste) SNI et LafargeHolcim vont se déployer dans une...
Edition N° 4731 | Le 17/03/2016
  Les parlementaires marocains ont une très lourde responsabilité. Dès demain, ils vont devoir arbitrer en apportant des amendements à l’une des réformes les plus controversées dans l’histoire de ce pays. La pression ne doit pas faiblir sur le projet d’accès à l’information. Il n’y a en effet aucune certitude que ce gouvernement ait décidé de lever les menaces qui pèsent sur un droit...
Edition N° 4729 | Le 15/03/2016
  L'Automobile continue de faire rêver... L’industrie ne peut pas aller mieux avec des secteurs moribonds.  Multiplier les initiatives qui visent à redessiner les contours de la filière automobile est un axe stratégique qui occupait déjà le Maroc avec l’arrivée de Renault. PSA en a rajouté un autre. D’autres comme le textile se préparent aussi à s’engouffrer dans ces gisements. Vouloir...
Edition N° 4726 | Le 10/03/2016
  Les festivités qu’entament aujourd’hui les groupements d’entreprises français et marocains à l’occasion de leurs retrouvailles ne feront pas tomber les tabous. Ici et là-bas, les entreprises n’arrivent toujours pas à se faire entendre sur leurs urgences. Ni à mettre fin aux rigidités. Que celles-ci interpellent le dialogue social, la réforme du marché du travail ou de l’éducation, elles...
Edition N° 4688 | Le 18/01/2016
Françoise Barré Sinoussi: «Dans l’affaire du sang contaminé, nous avions voulu analyser des choses qui se sont produites à une époque où nous n’avions pas toutes les connaissances» (Ph. Bizouat) - L’Economiste: Comment évolue la pandémie du Sida? - Françoise Barré Sinoussi: D’une façon globale, nous sommes face à une épidémie particulière parce qu’elle touche tous les niveaux de la société...
Edition N° 3865 | Le 12/09/2012
Par le Dr Mohamed Benabid, Rédacteur en Chef de l'Economiste Le voyage à l’Oriental est pour moi un éternel retour aux sources. C’est l’un des déplacements que je refuse rarement. Je me l’autorise, même si les plannings tordus des vols de la RAM entre Casa et Oujda font tout pour me décourager, même si mon cahier des charges professionnel me laisse peu de temps pour pareilles escapades,  et...